Connect with us

Football

L’Irlande, quelle folie !

Published

on

Vainqueurs de l’Italie 1-0 dans une ambiance incroyable grâce à un but de Brady en toute fin de match, les Irlandais retrouveront les Bleus en huitièmes de finale, dimanche au Stade des Lumières.

Assourdissant. C’est dans un stade Pierre-Mauroy fermé et en fusion que les Irlandais ont validé mercredi soir leur billet pour les huitièmes de finale de l’Euro, en dominant l’Italie 1-0, grâce à un but de Robbie Brady à la 85e minute. Une victoire méritée pour les Boys in Green dont les incroyables, voire souvent formidables, supporters ont enchanté la France depuis le début de la compétition – et même avant pour certains – et qui se rendront donc dans la banlieue lyonnaise dimanche pour un huitième de finale contre les Bleus qui promet. Au niveau de l’ambiance, déjà…

Roy Keane voulait que ses troupes, modifiées à près d’un tiers avec l’habituelle charnière centrale, dont le capitaine John O’Shea, sur le banc, aient « du courage et des boules (sic) ». Un message du sanguin adjoint de Martin O’Neill parfaitement reçu par Hendrick, qui taclait sèchement Florenzi en tout début de match (5e). Le milieu de terrain de Derby County faisait ensuite admirer sa frappe de balle devantThiago Motta, sur une tentative qui filait au ras du poteau d’un Sirigu visiblement battu (10e).

Mais le portier parisien, l’un des huit changements opérés par Antonio Conte, était bien à la parade quelques instants plus tard, pour empêcher Murphy d’inscrire de la tête son premier but en sélection (21e), avant d’être averti, comme Long, pour un échange houleux avec le buteur de Southampton suite à une faute de Duffy (40e). Et si Immobile, d’une frappe à côté, s’offrait l’unique semblant d’occasion italienne du premier acte (42e), ce sont bien les Boys in Green, en blanc pour l’occasion, qui terminaient mieux, et auraient même pu bénéficier d’un penalty pour une poussette de Bernardeschi sur McLean dans la surface (44e).

Des frissons…

Dès la reprise, Zaza amorçait un début de révolte en faisant ensuite des frayeurs aux nombreux supporters irlandais sur une jolie reprise de volée, juste au-dessus du but de Randolph (52e), mais Sirigu devait encore s’employer dans la foulée en boxant un centre-tir de Brady (56e). McGeady, entré à la place de Murphy, apportait une touche technique bienvenue mais ne parvenait pas à attraper le cadre (72e), tout comme Insigne, sauf que le lutin napolitain, remplaçant d’Immobile, trouvait lui le poteau droit irlandais d’une frappe brossée (74e).

On pensait alors que l’Irlande avait laissé passer sa chance, surtout quand Hoolahan, seul, manquait un duel face à Sirigu (84e). Mais la doublure de Trapp auPSG allait se trouer dans la foulée sur un centre du même Hoolahan, laissant le loisir à Brady de marquer le seul but de la soirée, dans une atmosphère indescriptible (85e) ! The Fields of Athenry pouvait alors retentir dans l’écrin nordiste, pour le tour d’honneur des héros du soir. A en donner des frissons…

.sports.fr

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui