Les patrons des JO 2016

Ils étaient attendus, ils ont répondu présent ! C’était écrit, les Bolt, Phelps, Riner ou encore Neymar devaient être les stars incontournables des JO 2016. L’or olympique s’est tout naturellement offert à eux…

Michael Phelps (USA) – Natation – Cinq médailles d’or, une d’argent
Comme à Athènes en 2004, puis quatre ans plus tard à Pékin et encore en 2012 à Londres, Michael Phelps a été désigné “Roi des Jeux” de Rio par le Comité international olympique. Le nageur du Maryland a encore éclaboussé les JO de son incroyable supériorité, raflant pas moins de six médailles cette fois encore, dont cinq titres olympiques conquis sur 200m papillon, 200m 4 nages, relais 4x100m, relais 4x200m et relais 4×4 nages. L’Américain porte ainsi son total olympique à 28 médailles, dont 23 sacres.

Usain Bolt (JAM) – Athlétisme – Trois médailles d’or
Le Jamaïcain reste le maître incontesté du sprint mondial. Attendu avec impatience, il remplit les stades et les salles de presse à chacun de ses passages. Sur la piste, sa foulée magistrale a encore fait des ravages puisqu’il a enchaîné un troisième triplé en trois olympiades. Vainqueur du 100 mètres, du 200 mètres et du relais 4×100 mètres, Usain Bolt a encore fait parler la poudre. S’il n’a pas approché les records du monde, il possède toutefois une solide marge sur la concurrence. “C’est confirmé, je suis le plus grand“, a-t-il lâché après sa dernière course olympique. De fait, sa décontraction, ses attitudes et sa capacité à jouer avec le public ne font qu’amplifier une image exceptionnelle.

Neymar (BRE) – Football – Champion olympique
La pression était gigantesque ! Encore plus après la Coupe du monde 2014 ou encore la catastrophe de la dernière Copa America. Neymar et la Seleçao ont, de surcroît, débuté par deux matches nuls piteux contre l’Afrique du Sud et l’Irak (0-0)… Le déclic a eu lieu face au Danemark et les Brésiliens ont ensuite déroulé. L’image de ce jeune supporter ayant rayé Neymar pour mettre Marta sur son maillot avait marqué. Mais au final, les filles ont terminé 4e et les garçons ont apporté au pays le seul titre qui lui manquait. Le fameux supporter s’est finalement excusé auprès de Neymar… Et la folie s’est emparée des Brésiliens ce soir-là. Neymar, lui, a assisté en spectateur au sacre des volleyeurs dans la foulée…

Team USA – Basket – Champion olympique
On n’en attendait pas moins de leur part, certes… En 18 participations aux JO (les Etats-Unis n’étaient pas des Jeux de Moscou en 1980), les basketteurs américains ont triomphé 15 fois – la dernière en date ce dimanche à Rio aux dépens d’une Serbie surclassée en finale (96-66). Un troisième sacre de rang pour un Team USA invaincu sur la scène internationale depuis dix ans et restant sur une série historique de 76 victoires. La dernière fois que les Etats-Unis ont flanché aux Jeux, c’était à Athènes en 2004, quand l’Argentine de Manu Ginobili leur avait barré la route de la finale (81-89). A Rio, malgré deux matches de poule faussement équilibrés contre les Serbes (94-91) et les Français (100-97), et une demie aux allures de finale contre l’Espagne (82-76), les Américains ont déroulé, emmenés notamment par un irrésistible Kevin Durant (19,4 points, 5 rebonds et 3,5 passes en moyenne sur ces JO 2016).

Teddy Riner (FRA) – Judo (+100kg) – Champion olympique
Véritable taulier dans la catégorie des +100kg en judo, Teddy Riner a obtenu son deuxième titre de champion olympique et accessoirement sa troisième médaille en trois olympiades dans la catégorie reine. Déjà octuple champion du monde, le Français possède le plus beau palmarès de l’histoire de son sport. Jamais personne n’avait autant dominé sa catégorie. Ce tournoi olympique a néanmoins été “le plus dur” de sa carrière. “La finale de Londres était stratégique, celle de Rio, était physique. En face, il y avait un adversaire aussi physique que moi, précis sur les mains, précis sur ses attaques“, explique-t-il. Riner a tout de même tenu son rang. Et il ne compte pas s’arrêter là.

Katie Ledecky (USA) – Natation – Quatre médailles d’or, une d’argent
A l’instar de son compatriote Michael Phelps, Katie Ledecky s’est imposée dans le bassin olympique comme la “Reine des Jeux” à Rio, du haut de ses quatre médailles d’or assurées sur les 200m nage libre, 400m, 800m et relais 4x200m – les deux sacres intermédiaires ayant été du reste auréolés d’un nouveau record du monde, en 3’56’’46 et 8’04’’79 respectivement. Celle qui à Londres en 2012, alors âgée de 15 ans, avait ouvert son palmarès olympique en dominant  le 800m nage libre confirme donc ses dispositions exceptionnelles. Elle succède ainsi à une autre nageuse américaine, Missy Franklin, quadruple championne olympique elle aussi il y a quatre ans.

Source: sports.tv5monde.com

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *