Connect with us

Foot Africain

Mondial 2018: Les Camerounais au pied du mur en éliminatoires

Published

on

L’équipe du Cameroun va disputer deux matches cruciaux face au Nigeria, en éliminatoires de la Coupe du monde 2018, le 1er septembre puis le 4.

Les champions d’Afrique en titre doivent récolter au moins 4 points face aux Nigérians, selon leur sélectionneur, s’ils veulent avoir une chance de disputer un troisième Mondial de suite.

Le football camerounais vit (à nouveau) une période trouble entre une Fédération (Fécafoot) mise sous tutelle par la FIFA pour des problèmes de rivalités politiques et l’accueil d’une Coupe d’Afrique des nations 2019 menacé. Ce climat de crise, engendré par la Fécafoot et la CAN 2019, va-t-il finir par peser sur les épaules des joueurs de l’équipe nationale A et de leur sélectionneur Hugo Broos ?

Ce dernier a rappelé que seul le résultat préoccupe son groupe, en éliminatoires de la Coupe du monde 2018, face aux Nigérians, les 1er et 4 septembre. « Si nous voulons encore avoir une chance de nous qualifier, nous devons prendre au moins 4 points, a assuré le Belge. Si nous échouons à atteindre cet objectif, je ne pense pas que nous parviendrons à aller en Russie ».

Rattraper les « Super eagles », actuellement en tête du groupe B [1], deviendrait en effet mission quasi-impossible, avec encore deux matches à jouer, un en octobre et l’autre en novembre. Les « Lions Indomptables » manqueraient alors l’opportunité de disputer une huitième fois la Coupe du monde, la troisième d’affilée après 2010 et 2014.

Derniers matches d’Hugo Broos ?

Un scénario qu’Hugo Broos souhaite éviter après une Coupe des Confédérations 2017 déjà décevante, à ses yeux. « Je n’ai pas été assez exigeant et même trop tolérant dans certaines situations, a assuré l’entraîneur. Ce n’est pas dans mes habitudes. […] ça ne va plus m’arriver. Je vais mettre la pression sur le groupe parce que je sais de quoi mes joueurs sont capables ».

Hugo Broos dirigera peut-être pour la dernière fois les champions d’Afrique en titre, sept mois après avoir remporté la CAN 2017. En cas de contre-performances face au Nigeria, celui qui a été embauché par la direction sortante de la Fécafoot pourrait être poussé vers la sortie par le Comité de normalisation réclamé par la FIFA…

Advertisement
Advertisement

Les + lus aujourd'hui