Connect with us

Sous la menace d’une suspension beaucoup plus longue (quatre ans), Samir Nasri a écopé finalement d’une sanction de six mois pour dopage, selon son avocat, indique le Telegraph, dimanche.

Selon le conseil de Samir Nasri, cité dimanche par le Telegraph, le milieu français, qui risquait quatre ans de suspension pour dopage, a été sanctionné par l’UEFA pour six mois. Nasri, en contacts avec Las Palmas après son départ du club turc d’Antalyaspor, cet hiver, ne pourra s’engager ni avec le club espagnol ni avec aucun autre pendant la durée de sa suspension. Le quotidien espagnol Marca évoquait vendredi une durée supérieure (un an).

Nasri.

Enquête de l’agence antidopage espagnole

L’Agence espagnole antidopage (Aepsad) avait ouvert une enquête à la fin de 2016 à la suite d’un tweet posté par une clinique de Los Angeles, Drip Doctors, qui avait annoncé qu’elle avait fourni au joueur, alors au Séville FC (prêté par Manchester City), «un traitement intraveineux afin qu’il garde la forme».

Cette pratique est interdite par l’Agence mondiale antidopage (AMA), à moins que le traitement ne soit administré en quantité limitée (50 millilitres toutes les six heures) ou que le joueur ne bénéficie d’un certificat. Mais l’UEFA avait refusé d’accorder une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) rétroactive. Avec l’Equipe

Directeur de Publication à Afrique Sports

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les + lus aujourd'hui