CAN 2019: Ahmad Ahmad séduit par la ‘méthode Samuel Eto’o

Ahmad est tout de même une star… Devant les patrons des radios et télévisions publiques (et désormais privées) d’Afrique, réunis à cette XIe Assemblée générale à Kigali, l’entrée du président dans la salle des travaux a été ponctuée d’applaudissements.

L’homme qui a depuis lors adopté le costard bleu anthracite des hommes de pouvoir a alors pris la parole, afin d’exposer sa vision des relations entre la Confédération Africaine de Football et les médias audio-visuels africains.

Une vision qui tient en un point essentiel sur lequel il s’est voulu sentencieux : « La Caf n’est pas là pour se renflouer les caisses. Elle a envie de développer le football, en redistribuant des revenus, pour le développement du foot- ball africain ».

Après son plaidoyer officiel auprès des patrons de l’audio- visuel africain, le patron du football africain comme l’avait prévu le protocole serré de cette visite-éclair à Kigali a rencontré la presse. Et la question de l’heure, quant à la compétition la plus importante de la Caf a été posée, par un journaliste camerounais présent. « Monsieur le président de la Caf, c’est une question qui désormais devrait vous agacer, mais en tant que Camerounais, je me dois de vous la poser : qu’en est-il de la tenue de la Can 2019 au Cameroun ? ».

Ça n’a pas loupé. Le jusque-là très posé président de la Caf se cabre dans son siège, et des mains et de tout le langage corporel possible pour le signifier, répond : « Vous les Camerounais, vous voulez cette Can ? Eh bien cela dépend de vous. Si cela ne se passe pas, c’est vous ! Vous faites croire que le mauvais vient toujours de l’extérieur.

 

Faites comme votre président de la République, faites comme Samuel Eto’o, travaillez pour qu’elle ait lieu ! Arrêtons la polémique. Travaillons ! Il y a trop de gens qui ne travaillent pas dans ce sens, qui créent des intérêts personnels. Ces personnes rament à contre-courant. »

Des propos lourds de signification et de sous-entendus, et qui méritent quelque décryptage. D’abord, M. Ahmad est convaincu de l’engagement de deux Camerounais illustres, qu’il dédouane d’emblée : Paul Biya et Samuel Eto’o. Cela veut dire au moins une chose, c’est qu’ils sont en contact tous les trois, à propos des préparatifs querellés de cette compétition. Comprendre aussi que Samuel Eto’o est l’intermédiaire entre les deux présidents, sur ce dossier à épines.

Ensuite, M. Ahmad a désormais en horreur un certain nombre de Camerounais (qui sans doute ont été ses interlocuteurs) dont il a découvert qu’ils étaient soit de faux-jetons, soit des gens intéressés par des gains personnels, soit les deux à la fois. A son sens, ce sont ces derniers qui alimentent la polémique. C’est sans doute la raison pour laquelle, il a profité de cette tribune, pour jeter ce pavé dans la mare camerounaise.

La balle, nous sommes au football, est dans le camp camerounais.

source

Laisser un commentaire
Carinos CHANHOUN
Directeur de Publication à Afrique Sports

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *