Yaya Touré accuse Eto’o, Drogba, Okocha, Essien !

Récemment interrogé sur la baisse des performances des footballeurs africains en Europe, l’international ivoirien Yaya Touré semble avoir une idée sur ceux qui sont responsables de cette situation. Pour le milieu de terrain de Manchester City, ce fait incombe aux anciennes légendes comme Eto’o, Drogba, Okocha ou encore Michael Essien qui ont mis la barre tellement haute à travers leurs performances sur les pelouses qu’il est devenu impossible pour la nouvelle génération de les surpasser.

« Depuis quelque temps maintenant, je constate moi aussi que les Africains ont du mal à s’imposer ou à exister dans les plus grandes équipes. Mais tout ceci est un peu de la faute de Didier , d’Eto’o, d’Essien ou encore d’Okocha. Et peut-être, aussi, un tout petit peu de la mienne, sans vouloir passer pour un prétentieux. Ces joueurs-là ont placé la barre tellement haute que c’est très dur d’arriver derrière. »

 

Yaya Toure ajoute par ailleurs que cette incapacité d’avoir des joueurs du niveau de Drogba ou d’Eto’o se justifie par le fait que les jeunes footballeurs sont plus orientés vers la recherche de l’argent, des jolies filles et oublient de travailler sans arrêt pour devenir les meilleurs : « Les Africains se laissent parfois aller trop vite. Ils sont dans leur monde, ils se croient arrivés, les plus beaux, les plus forts. Mais ils ne comprennent pas qu’il y a encore plein d’autres marches à gravir pour aller jusqu’en haut. Malheureusement, beaucoup ne voient dans ce job que le bon côté : l’argent facile, les filles, les sorties, les jolies voitures, les belles fringues. Et abandonnent trop vite l’idée d’aller chercher les meilleurs. Ils ne savent pas toujours souffrir. »

Prenant l’exemple de Samuel Eto’o, Yaya Touré explique que Samuel Eto’o a travaillé sans arrêt et voulant toujours aller plus haut et gagner des titres : « Beaucoup se contentent de peu. Ils envoient de l’argent au pays et sont à l’abri pour les prochaines années. Pourquoi se faire mal ? En fait, j’ai le sentiment qu’ils s’empêchent de viser haut. Comme par fatalisme. Ils pensent que le top du top n’est pas fait pour eux. Et pourquoi pas ? Même s’il passait parfois pour quelqu’un d’un peu arrogant ou prétentieux, Samuel Eto’o, lui, avait cette faim de montrer et de monter tout en haut. »

source

Laisser un commentaire
Carinos CHANHOUN
Directeur de Publication à Afrique Sports

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *