Connect with us

Europa League

Ligue Europa : L’OM rejoint l’Atlético Madrid en finale !

Published

on

L’Atlético Madrid, vainqueur d’Arsenal (1-0) au Wanda Metropolitano, se qualifie pour la finale de Ligue Europa, le 16 mai prochain, à Lyon.
Offrir une finale européenne à Arsène Wenger pour ses adieux en fin de saison, telle était la mission des joueurs d’Arsenal ce jeudi soir à Madrid après le nul (1-1) à l’aller à l’Emirates. Sur la pelouse du Wanda Metropolitano, ils posaient rapidement le pied sur le ballon et s’offraient la première situation chaude de la rencontre. Alexandre Lacazette, à droite, adressait un centre dangereux qui passait devant le but de Jan Oblak sans trouver aucun partenaire (5e). L’Atlético répondait quelques instants plus tard. Sur un long ballon d’Oblak, Diego Costa s’imposait au duel face à Laurent Koscielny puis enchaînait avec une frappe du gauche non cadrée (7e). Un premier coup dur allait venir compliquer la tâche des Gunners. Koscielny s’écroulait sur la pelouse, se tordant de douleur. Vraisemblablement touché au tendon d’Achille, le capitaine londonien quittait la pelouse sur civière et laissait sa place à Calum Chambers. Ce dernier se mettait en évidence en remportant un duel compliqué face à Costa suite à un contre éclair des Colchoneros (25e).

Lacazette et Mesut Özil sonnaient la réaction des Anglais, mais, après s’être infiltrés à tour de rôle dans la surface, ils ne parvenaient ni à armer ni à servir à un partenaire (27e). Arsenal avait la maîtrise du ballon mais peinait à se montrer menaçant. Les Rojiblancos, eux, restaient dangereux sur coups de pieds arrêtés. Sur l’un d’entre eux, mal dégagé par la défense des Cannoniers, Koke reprenait de volée du gauche, mais le cuir passait de peu à côté (37e). Antoine Griezmann, servi par Koke sur coup franc, tirait en pivot sans parvenir à trouver le cadre (38e). Et alors qu’on se dirigeait vers la mi-temps, les Madrilènes allaient ouvrir le score. Sur un long dégagement d’Oblak, Thomas servait Griezmann qui lançait Diego Costa. L’Espagnol battait tranquillement David Ospina du gauche à bout portant (1-0, 45e +2). Les Colchoneros revenaient des vestiaires avec les mêmes intentions. Sur un corner de Koke au deuxième poteau, Costa, étrangement seul, plaçait une tête sans danger pour Ospina (48e). Koke, encore lui, armait une frappe totalement écrasée qui passait largement à côté (50e).

La tuile Koscielny, Diego Costa décisif
Arsenal répondait enfin. Aaron Ramsey, servi dans la surface par Jack Wilshere, n’arrivait pas à reprendre le ballon sous la pression de Thomas (52e). Sur un contre, Costa éliminait Skhodran Mustafi mais voyait Chambers revenir in extremis pour l’empêcher de frapper aux six mètres (55e). Griezmann obtenait ensuite un coup franc bien placé. Le Français se chargeait de le botter, mais n’accrochait pas le cadre (57e). Özil, décalé sur la gauche, pensait pouvoir offrir un ballon de but à un partenaire mais la défense rojiblanca tenait bon (61e). La partie s’emballait, le rythme montant d’un ton. Granit Xhaka décochait un tir puissant à ras de terre, mais Oblak s’étendait de tout son long pour détourner en corner (63e). Costa répliquait avec un joli numéro dans la surface anglaise. L’attaquant éliminait Chambers d’un subtil geste technique, mais le central se rattrapait pour contrer sa frappe, contrôlée ensuite par Ospina (65e). Toujours en vie, Arsenal jetait ses dernières forces dans la bataille. Wenger lançait Henrikh Mkhitaryan en lieu et place de Wilshere (68e).

L’Arménien se mettait rapidement en évidence en plaçant une frappe lourde juste au-dessus de la barre d’Oblak après un mauvais renvoi de l’arrière-garde espagnole (71e). Suite à un beau mouvement collectif, Griezmann se retrouvait en bonne position dans la surface adverse mais le tacle désespéré de Xhaka l’empêchait de frapper (73e). Le K.O. était dans l’air et les esprits s’échauffaient à l’image de cette friction entre Costa et Mustafi (77e). Le buteur de la Roja décochait une frappe sans danger pour Ospina avant de quitter le pré, remplacé par Fernando Torres (81e). El Niño obligeait Ospina à une parade sur une frappe lourde (88e). Griezmann jouait ensuite les équilibristes au poteau de corner avant de débouler le long de la ligne de sortie de but, mais son centre ne trouvait personne. Arsenal poussait mais peinait à se montrer dangereux. L’Atlético en profitait pour conserver tranquillement le ballon dans les derniers instants. Score final (1-0). Les Rojiblancos de Diego Simeone, en tribunes ce soir et remplacé par German Burgos sur le banc, se qualifient pour la finale, le 16 mai prochain, à Lyon.

 

au bout de la nuit, l’OM se qualifie en finale !

L’Olympique de Marseille se trouvait à quatre vingt dix minutes du Graal. Forts de leur deux buts d’avance acquis à l’aller, les hommes de Rudi Garcia abordaient cette demi-finale retour face à Salzbourg avec la volonté de marquer au moins un but. Après une entame poussive des deux équipes, Salzbourg se procurait une première opportunité à la onzième minute. Dabbur s’infiltrait dans l’axe de la défense et décochait une frappe vicieuse captée tant bien que mal par Pelé. Bien en place tactiquement, l’OM contrecarrait bien les plans autrichiens sans pour autant se montrer dangereux dans le premier acte. Au retour des vestiaires, les hommes de Rudi Garcia montraient de belles dispositions. Sur un contre, Valère Germain alertait Payet sur la gauche qui centrait à nouveau pour l’attaquant phocéen dont la reprise du plat du pied passait juste à côté (48e).

Les Olympiens craquaient sur une fulgurance d’Haïdara qui s’infiltrait dans l’axe de la défense et décochait un pointu imparable pour Pelé (1-0, 52e). Salzbourg enfonçait le clou sur un débordement côté droit d’Haïdara, Luiz Gustavo se loupait avant que Rami négocie mal sa relance. Le ballon revenait sur Schlager dont la frappe déviée par Sarr trompait Pelé (2-0, 64e). Au bord de l’implosion, Marseille pouvait remercier Pelé qui se détendait de tout son long pour détourner en corner une frappe de Hwang (72e). Dans la foulée, Dimitri Payet distillait un centre précis pour Thauvin dont la tête heurtait le haut de la transversale (73e). L’OM pouvait s’en mordre les doigts et filait vers les prolongations. Sur un ballon mal renvoyé, Zambo-Anguissa à l’entrée de la surface décochait une superbe reprise de volée qui filait juste à côté (92e). Quelques minutes plus tard, Yohann Pelé sauvait les siens en repoussant une tête de Caleta-Car (99e). Au bout de la nuit, l’Olympique de Marseille arrachait sa qualification. Sur un corner de Payet, Rolando ouvrait le pied et trompait Walke (2-1, 116e). Grâce à cet exploit, l’OM décrochait sa cinquième finale en coupe d’Europe ! FM

Directeur de Publication à Afrique Sports

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui