Connect with us

Chroniques

Chronique : Le Sénégal a un sérieux problème !

Published

on

Les Lions de la Teranga avaient ambiancé les africains grâce à leur victoire (2-1) sur la Pologne en première journée du Mondial 2018. Une prestation qui a fantasmé plus d’uns. Seulement, la deuxième sortie dimanche après midi face aux Samurais Bleus n’a pas comblé les attentes.

Aliou Cissé a osé changé (un tout petit peu) l’équipe victorieuse contre la Pologne et le Sénégal a laissé l’adversaire faire le jeu. Pourtant, les Lions d’Afrique ont démarré avec force contraignant les Japonais à défendre et à reculer dans leur base. Un pressing d’entrée récompensé par le genou gauche de l’omniprésent Sadio Mané. Un but chanceux à l’image de celui d’Idrissa Gana contre la Pologne n’a pas vraiment inquiété les Asiatiques qui ont appuyé sur l’accélérateur.

Aussitôt, le schéma mis en place d’entrée par Aliou Cissé fut broyé. Le Japon prend le contrôle du milieu de terrain et met automatiquement les Lions en difficulté. Shibasaki et Kagawa profitent des erreurs et mauvais placement de Badou N’daye et Ndaye pour faire mal à la défense sénégalaise pourtant instable.

Le Sénégal n’a pas présenté son meilleur visage face au Japon. Le couloir droit en difficulté faute d’Ismaila Sarr qui effectue peu les tâches défensives. Moins agressifs, les poulains d’Aliou Cissé n’ont pas fait le jeu. Sadio Mané, fantôme de lui-même a plus manqué ses actions que porter le jeu sénégalais. Mbaye Niang, plus bagarreur n’a pas trouvé le chemin des filets malgré ses multiples tentatives. Que dis je de la défense sénégalaise ? Très hésitante, une pair Sané-Koulibaly n’a pas répondu au rendez-vous. En témoigne le premier but japonais. Une prestation moyenne qui contamine Khadim N’daye un peu absent à des moments dans sa cage. Moins rassurant dans ses sorties, le gardien d’Horoya n’est pas exempt de tout reproche sur le deuxième but japonais.

Cette fois-ci, Aliou Cissé a passé à côté de son sujet. Face à la Pologne, son schéma bien animé parce Sadio Mané avait la liberté de faire le jeu et d’exécuter les tâches défensives. C’est la star de l’équipe et a merveilleusement rendu ses coéquipiers meilleurs notamment Mbaye Niang qui a énormément profité des contres appels de Mame Biram Diouf pour s’imposer dans la défense polonaise. Ce qui a malheureusement manqué ce dimanche car se retrouvant seul en pointe alors qu’il préfère accélérer dans l’espace pour enfin faire la différence.

Aliou Cissé a pourtant de la richesse et une profondeur magnifique sur son banc. Des joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment. Maintenir un résultat nul n’est pas mauvais mais quand il y a encore possibilité de s’offrire une victoire, le chroniqueur pense qu’il faille oser pour justifier son statut de sélectionneur charismatique. Mame Biram Diouf n’est entré qu’à la 86è minute. C’est clair qu’il ne pouvait faire grande chose dans la défense des Blues. Le jeune Ismaila Sarr est-il obligé de jouer l’intégralité de tous les matches sénégalais dans cette coupe du monde alors qu’il y a des garçons comme Keita Baldé Diao, Moussa Konaté, Moussa Sow et Diafra Sakho au frais sur le banc de touche ?

Le Sénégal s’est mis en grande difficulté et va devoir jouer une finale contre la Colombie qui a écrasé 3-0 la Pologne. Aliou Cissé doit corriger assez de choses avant sa dernière sortie contre Les Cafeteros qui s’annonce vraiment bouillant. Même si le Sénégal s’était imposé contre le Japon, ça n’aurait pas changé grand chose avec cette victoire de la Colombie contre la Pologne qui relance tout le groupe.

Directeur de Publication à Afrique Sports

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui