Connect with us

Mondial 2018

CDM: le calvaire des sélections africaines

Published

on

Terrassé par la Colombie (0-1), le Sénégal a quitté la Coupe du Monde de manière rocambolesque. À égalité de points et avec une différence de buts similaire à celle du Japon, les Lions de la Teranga ne verront pas les huitièmes de finale du Mondial.

Les hommes d’Aliou Cissé rentrent au pays à cause d’un nombre de cartons jaunes supérieur à celui de la sélection nippone. Un dénouement cruel pour Sadio Mané et ses partenaires qui mettront du temps à panser les plaies après ce scénario si improbable. Cette éviction matérialise également l’absence du continent africain des huitièmes de finale. Le Sénégal ne réalisera donc pas à nouveau son exploit de 2002 (quart de finale). Pas plus que le Maroc, le Nigéria, l’Egypte et la Tunisie n’atteindront le deuxième tour de ce Mondial. Un constat d’échec cuisant pour un continent qui depuis 1986 a toujours pu compter sur au moins une nation en huitième de finale.

Le Cameroun en 1990, le Nigéria en 94 et 98, le Sénégal en 2002, le Ghana en 2006 et 2010 et le Nigéria et l’Algérie en 2014. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce fiasco. Ainsi, le Maroc, la Tunisie et l’Égypte n’avaient pas participé depuis plusieurs années. Les Pharaons par exemple, n’avaient plus disputé une Coupe du Monde depuis le Mondial 90 en Italie. Pour appréhender au mieux une telle compétition internationale, l’expérience se mue en un précieux allié. Ces trois nations ne possédaient pas le vécu nécessaire pour exister en Russie. Et pourtant, le Maroc d’Hervé Renard a montré un visage séduisant notamment face à l’Espagne (2-2). Mais les Lions de l’Atlas ont connu des mésaventures avec la VAR face au Portugal et à l’Espagne. Celle-ci a démontré par instants qu’elle profitait aux plus puissants.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui