Connect with us

Retro

Les échecs dans la carrière de Jay Jay Okocha !

Published

on

Augustine Jay Jay Okocha est un prodige du ballon rond, sans doute le footballeur africain le plus élégant balle au pied de tous les temps. Il a beau prendre sa retraite depuis des années, ses dribbles déroutants et ses buts d’anthologie polluent encore sur la toile. Okocha savait tout faire avec un ballon. Il est au football ce que Mozart est à la musique, un artiste, un virtuose. Comment cela se fait alors qu’un joueur avec autant de superlatifs élogieux puisse posséder un palmarès aux antipodes de son talent ? 

Tout avait bien commencé pour le jeune Okocha. Ayant débuté en équipe nationale en 1993 à tout juste 20 ans, la jeune pépite remporte dès l’année suivante la coupe d’Afrique des Nations. Il s’impose rapidement en tant que titulaire indiscutable et devient naturellement le leader technique des Super Eagles. Aux âmes bien nés, la réussite n’attend point le nombre d’années. Tout ce que touchait Okocha semblait se transformer en or. Entouré par une génération magnifique, Nwanko Kanu, Sunday Oliseh et Taribo West entre autres, le Nigéria de Jay Okocha élimine le brésil de Bebeto et remporte la médaille d’or olympique aux dépends de l’Argentine d’Hernàn Crespo. Une performance monumentale qui était censée propulser le jeune phénomène au devant de la scène et marquer le début d’une carrière remplie de trophées mais ce ne fut pas le cas car après ce succès historique, Okocha ne connaîtra plus jamais les joies d’un titre majeur.

Un palmarès en club presque vierge ! 

Jay Jay Okocha a joué en Allemagne, en Turquie, en France, en Angleterre, au Qatar et tous se rappellent d’une chose, sa technique hors norme. Okocha a donné de la joie et marqué les esprits partout où il est passé. Son football procurait tellement d’émotions tant il savait donné vit au ballon. Aujourd’hui encore, on regrette de ne pas l’avoir vu dans un club de tout premier plan, une équipe de haute standing qui lui aurait permis de garnir son armoire à trophées. Si sa carrière a été très riche en émotion et en spectacle, on ne pas en dire autant de sa vitrine qui souffre cruellement d’un manque criard de titres. En sept saisons et 475 matchs disputés en club, la légende nigériane n’aura remporté qu’une coupe intertoto en 2001 avec le PSG. Un palmrès presque vierge qui est loin d’être à la hauteur de ce footballeur hors norme.

Une légende qui n’aura jamais remporté le ballon d’or africain ! 

Personne n’osera contester le statut de légende à Jay Jay Okocha tellement le joueur a marqué le football africain de toute sa classe. Il fait partie à juste titre des footballeurs africains les plus célèbres de ce siècle. Néanmoins une petite anomalie fait encore tâche dans son palmarès personnel. Le mythique numéro 10 nigérian (73 sélections avec les Super Eagles) n’aura jamais remporté le ballon d’or africain. La plus prestigieuse distinction individuelle continentale qui aurait définitivement permis à Okocha de voir son nom associé aux plus grands : Georges Weah, Samuel Eto’o et Didier Drogba.

https://www.afriquesports.net/2017/07/17/la-caf-doit-a-okocha/

La carrière d’Augustine Jay Jay Okocha est faite de hauts et de bas. Elle a superbement bien commencé mais a quelque peu dévié. Elle aurait pu être légendaire mais n’en demeure pas moins magnifique. Même si son palmarès n’est pas aussi reluisant qu’il ne devrait l’être et même s’il n’a pas remporté de titre individuel, il demeurera constamment dans les esprits des amoureux du ballon rond car il a apporté tellement de joies dans les cœurs. Son football avait de quoi émerveiller et rien que pour ça, il mérite de voir son nom en lettre gras au panthéon du football africain.

Ghaly Wane

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui