template 20 1
dans

CAN 2023 : Après l’Algérie, la Tunisie crie au scandale et interpelle la CAF

Par

le


Le samedi devrait être assez chargé pour la CAF dans cette CAN 2023. Alors que l’Algérie déplorait des erreurs arbitrales après le Burkina Faso, la Tunisie en rajoute une couche après son match contre le Mali. À travers son chef de délégation, la Tunisie compte déposer une plainte auprès de l’instance de Patrice Motsepe.

Alors que la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations se déroule en toute tranquillité depuis le 13 janvier dernier avec une prestation globalement acceptable de l’arbitrage, deux pays maghrébins viennent en quelques heures tout remettre en cause. Alors que la compétition n’en est qu’à sa deuxième journée des phases de poules, la pression monte déjà au niveau de ces pays en ballotage défavorable qui tiennent donc pour responsable les arbitres de la CAF pour leur mauvaise récolte. Ce samedi, c’est l’Algérie qui a ouvert le bal après son match contre le Burkina Faso en déposant un recours formel pour rejouer le match de la CA 2023. Quelques heures plus tard, la Tunisie est rentrée dans la danse.

La colère de la Tunisie

Opposée aux aigles du Mali dans le groupe E, la Tunisie a manqué de se relancer dans la compétition en faisant match nul 1-1. Ce résultat met en grand danger les aigles de Carthage après leur défaite d’entrée de compétition contre la surprenante équipe de la Namibie. Alors que la prestation de l’arbitre ghanéen, Daniel Nili Laryea, était globalement acceptable, la Tunisie estime avoir été lésée. Après la rencontre, Hussein Jenayah, chef de la délégation de l’équipe, s’est lâché devant les médias.

CAN 2023 : Après l'Algérie, la Tunisie crie au scandale et interpelle la CAF

« Le penalty non sifflé suite à une faute sur Youssef Msakni dans la surface aurait pu donner une autre tournure au match, et on ignore pourquoi le réalisateur n’a proposé aucun ralenti. Comment cela a-t-il pu échapper au trio arbitral sur le terrain et aux deux arbitres de la VAR », s’est-il d’abord exclamé avant d’annoncer le recours auprès de la CAF. « L’arbitre nous a privés d’un penalty. Nous devrions adresser une plainte à la CAF et demander aux médias et à toutes les parties de se tenir à nos côtés », annonce le Tunisien.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

Il s’agit en tout cas d’une nouvelle plainte sur l’arbitrage de cette CAN 2023 en quelques heures d’intervalle, ce qui n’est pas une bonne chose pour la compétition. Pour rappel, le match Tunisie – Mali de la CAN passée a été aussi marqué par un gros scandale avec l’arrêt brutal de la rencontre à la 85e par l’arbitre Zambien Janny Sikazwe qui va faire le tour du monde. Dans le temps, la Tunisie, par la voix de Jenayah toujours, a porté un recours auprès de la CAF. Il s’agit aujourd’hui donc d’une nouvelle polémique pour le duel des aigles.

La Tunisie au bord de l’élimination

En attendant la suite des démarches des deux pays nord-africains et la réponse de la CAF, il va falloir que les équipes redoublent d’ardeur et d’efficacité sur la pelouse. Il faut le dire, aucune œuvre humaine n’est parfaite, et depuis le début de cette CAN 2023, plusieurs faits de jeu sont constatés, y compris contre le pays organisateur, sans que l’on advienne aux recours et des demandes lunaires comme celle algérienne. On comprend, la pression est intense avant la troisième et dernière journée de ces matchs de poule qui démarre dès ce lundi.

Si l’Algérie garde ses chances de qualification avant d’affronter la Mauritanie le mardi prochain, la Tunisie, de son côté, risque de vivre une terrible désillusion. Contre l’Afrique du Sud le mercredi prochain, il va falloir gagner obligatoirement et attendre le résultat entre le Mali et la Namibie. Avant le début de cette CAN 2023, on avisait déjà de la complexité du groupe E avec des équipes qui se valent presque. La Namibie, qu’on n’attendait pas, a créé la sensation en battant les aigles de Carthage et reste donc un candidat crédible pour les huitièmes de finales.

On comprend l’amertume des pays maghrébins qui s’accrochent aux faits de jeu.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *