Fecafoot: Apres sa condamnation, un recours au TAS pour exiger l’annulation du mandat de Samuel Eto’o !

Advertisements

Samuel Eto’o président de la fédération africaine de football traverse un moment difficile ces derniers jours. Après que la tribunal espagnole lui a infligé une condamnation de 22 mois pour fraude fiscale, un recours vient d’être déposer au TAS (tribunal arbitral de sport), par  le Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) et certains détracteurs d’Eto’o. Ces derniers   exigent le départ de Samuel Eto’o à la tête de la Fécafoot.

Advertisements

La CNOSC avec quelques détracteurs de Samuel Eto’o tel que Henri Claude Balla Ongolo, ont déposé ce mardi 21 juin auprès du tribunal arbitral de sport un recours pour annuler le mandat d’Eto’o à la tête de la Fécafoot d’après les information du média l’investigateur.

« En vertu des Statuts de la FECAFOOT, il semble que Monsieur Samuel Eto’o Fils, signataire unique du mandat de représentation dans le contexte du présent litige, ainsi que de la Convention signée avec certains membres de l’Assemblée Générale de 2009 (la« Convention ») qui doit faire l’objet de la sentence d’accord-parties du
TAS, n’est plus éligible à la présidence de la FECAFOOT. » et ceci en s’appuyant sur l’article 36 des statuts de l’instance faîtière du football camerounais :« Nos mandants souhaitent attirer votre attention sur les derniers développements concernant la Présidence de la FECAFOOT. Par un jugement d’un tribunal espagnol rendu le 20 juin 2022, M.Samuel Eto’o Fils vient d’être condamné à 22 mois de prison pour fraude fiscale.

Conformément à l’’Article 36 des Statuts de la FECAFOOT : Tout candidat au poste de membre du Comité Exécutif de la FECAFOOT doit remplir les conditions d’éligibilité ci-dessous : N’avoir pas été condamné à une peine définitive privative de liberté sans sursis supérieure à trois(03)mois ; Par ailleurs, en application de l’article 47 des Statuts de la FECAFOOT : Le poste de président sera considéré comme vacant en cas de décès, de démission d’exclusion, ou si le dit président se retrouve en
Situation d’incompatibilité où d’inégibilité cours du mandat, ou encore si le Président ne participe pas sans justification à six (6) séances consécutives. »

 

Publicité
Advertisements

Laisser un commentaire