David Robinson sur Tim Duncan : “De voir qu’il pouvait vraiment nous aider à gagner un titre, c’était un changement de vie”

San Antonio n’est pas du genre à être abonné à la lottery et aux fins de saison en avril. Pour preuve cette stat incroyable : les Spurs sont en playoffs depuis 22 saisons consécutives (ce record devrait malheureusement s’arrêter cette année), soit depuis 1997, l’année de la draft de Tim Duncan.

Cette année-là, le jeune Duncan rejoignait un autre n°1 de draft, choisit 10 ans plus tôt par les Spurs, David Robinson. Avec Ernie Johnson, l’Amiral s’est remémoré l’arrivée de l’actuel assistant de Gregg Popovich.

“Tim, c’est un gars humble. Je me suis toujours trouvé discret, mais Tim me faisait passer pour quelqu’un de bruyant. Lorsqu’il est arrivé, il était très modeste et évidemment phénoménal. Quand je l’ai vu jouer pour la première fois, j’ai pensé : ‘Mon Dieu, tu es un joueur incroyable. Ça va être vraiment sympa.’ Je ne pensais pas qu’il serait meilleur que moi, mais je savais qu’il serait très bon. De voir que Tim pouvait vraiment nous aider à gagner un titre, c’était un changement de vie. J’étais très excité par rapport à ça.” David Robinson

Alors que les Spurs n’avaient jamais atteint le Graal auparavant, ils ont remporté deux titres grâce à leur duo magique à l’intérieur en 1999 et 2003. À l’issue du deuxième sacre, l’Amiral prit sa retraite, mais ça n’a pas empêché la bande de Tim Duncan de glaner trois titres supplémentaires en 2005, 2007 et 2014, avec Gregg Popovich en chef d’orchestre. Pop s’entendait très bien avec ses deux stars, mais l’Amiral confie que sa relation avec le coach n’était pas la même qu’avec Duncan.

“On a vraiment pu se comprendre dès le premier jour. Nous étions sur la même longueur d’onde dans la façon dont nous approchons le basket, notre boulot et la façon dont nous voyons la communauté. Ca a été presque immédiat. J’avais toutefois une relation différente de celle de Tim avec Pop. Tim a perdu son père, et Tim aime Pop d’une façon totalement différente. J’aime Pop comme mon commandant en chef (rire). Je respecte le boulot qu’il fait, c’est quelqu’un d’incroyable et je l’aime pour de nombreuses raisons différentes. Mais entre Tim et Pop c’est une relation plus familiale. Et c’est intéressant car vous voyez les différents visages de Pop.”

Man U ou Man City, quel club pour Griezmann ? Aurier vers un retour en France | Rumeurs Mercato

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *