Nader impatient de porter le maillot de l’Égypte

CHICAGO (USA) – Abdel Nader est peut-être la pièce qui a manqué récemment à l’Égypte et la perspective de faire la différence et d’amener son pays d’origine vers les sommets sont de véritables sources de motivation pour lui.

L’ailier du Oklahoma City Thunder serait très heureux de revêtir le prestigieux maillot des Pharaons, ce qui lui procurerait satisfaction, fierté et un sens d’appartenance. Ce serait la réalisation d’un rêve d’enfant.

« JE SUIS TRÈS IMPATIENT DE JOUER AU BASKET EN PORTANT LE NOM DE MON PAYS SUR LE TORSE. C’EST UNE BELLE SENSATION ET UN HONNEUR DE REPRÉSENTER L’ÉGYPTE EN NBA. JE REÇOIS TANT D’AMOUR DES GENS AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD, COMME UNIQUE JOUEUR ARABE EN NBA. JE PRENDS CETTE RESPONSABILITÉ TRÈS AU SÉRIEUX. « – Nader

Il n’a jamais remis en question sa volonté d’évoluer en sélection nationale et maintenant plus que jamais, son désir de le faire suscite beaucoup d’excitation des côtes méditerranéennes d’Alexandrie aux pyramides du Caire.

Chaque semaine, les fans égyptiens – jeunes et vieux, hommes et femmes, garçons et filles – le regardent à la TV affronter certains des meilleurs joueurs du monde. Bientôt, ils pourront le voir de leurs propres yeux, même si ce n’est que pour des entraînements.

Dans un entretien exclusif accordé à FIBA.basketball, Nader dit : « Je me souviens de la belle Méditerranée qui longe ma ville d’Alexandrie, peuplée de ses gens passionnés et dont les délicieux plats me sont toujours préparés quand je rentre chez ma maman à Chicago. Contrairement à d’autres villes d’Égypte, à Alexandrie, le basket est le sport N° 1. »

« Je soutiens tous les clubs égyptiens, mais je suis très attaché aux clubs de basket d’Alexandrie, en particulier à celui d’Ittihad, avec sa riche histoire. Ado, je m’y suis entraîné auprès de coachs légendaires, notamment Amr Aboul Kheir. Ittihad est la Mecque du basket en Égypte et au Moyen-Orient et le développement est constant. »

Ittihad Alexandria est le club égyptien le plus titré aux niveaux national et international. Il a remporté 14 fois (un record) le championnat, 13 fois la Coupe d’Égypte et 7 fois le Championnat arabe réunissant les meilleures équipes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, avec un ‘back-to-back’ en 2018 et 2019. Il a également gagné la Coupe d’Afrique des Clubs Champions en 1987.

Pour Nader, ce retour à la maison pour jouer aux côtés de ses compatriotes marquera le début d’une nouvelle ère – où l’objectif sera de regagner les sommets de la hiérarchie continentale et de partir à la conquête du monde. Après tout, c’est le pays des Pharaons.

Lire aussi
LeBron James et Stephen Curry vont devoir rendre l’argent la saison prochaine si la saison actuelle ne reprend pas

Le joueur de 26 ans a gardé contact avec son pays d’origine et il prend très à cœur son rôle d’exemple pour la prochaine génération. Parmi ceux que Nader a pris sous son aile, il y a Yasser Mohab. Selon lui, il deviendra « une superstar pour l’Égypte et l’Afrique. C’est un garçon spécial. »

« À 15/16 ans, il a aidé Zamalek à remporter le championnat et il évolue actuellement à la NBA Africa Academy au Sénégal, » note Nader sans cacher son enthousiasme.

Mohab et Yara Osama ont participé au ‘NBA All-Star Weekend’ à Chicago, où Nader était l’un des invités du camp Basketball Without Borders – une initiative qui a permis à des centaines d’enfants de rêver grand, le Camerounais des Toronto Raptors Pascal Siakam étant le dernier en date à avoir écrit une magnifique page de l’histoire du basket africain.

Nader poursuit : « Je faisais partie des invités au Basketball Without Borders pour encadrer deux talentueux Égyptiens – Mohab Yasser et Yara Osama – qui avaient été sélectionnés pour y prendre part. Je veux continuer à soutenir, encourager et aider les joueurs égyptiens afin de leur permettre de réaliser leur rêve de carrière dans le basket. »

« J’ai eu de nombreux contacts avec les coachs et la fédération ces dernières années. Je m’entretiens régulièrement avec le vice-président de la fédération égytpienne Mohamed Abdelmotaleb et je suis l’évolution des meilleurs Égyptiens jouant aux USA et en Europe. Je leur offre mon soutien, pour que notre sport continue à se développer en Égypte. »

« Je suis très impatient de jouer au basket en portant le nom de mon pays sur le torse. C’est une belle sensation et un honneur de représenter l’Égypte en NBA. Je reçois tant d’amour des gens au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, comme unique joueur arabe en NBA. Je prends cette responsabilité très au sérieux. »

Lire aussi
Les Warriors auraient “détruit” Shaq époque Lakers aujourd’hui ? La réponse cordiale/badass d’O’Neal à Draymond Green

Ayant grandi à Chicago, Nader a dû s’adapter à la culture locale tout en conservant son authenticité égyptienne. Il estime que c’est justement cette combinaison qui fait de lui un élément solide de son équipe. « Mes aptitudes aux tirs et ballon en mains, ainsi que ma solidité défensive, vont être utiles à ce talentueux groupe de jeunes joueurs égyptiens, » indique-t-il.

« Le basket de Chicago est dur, rigoureux. Il l’était encore davantage à l’époque. J’ai côtoyé certains des meilleurs joueurs de la région, comme Anthony Davis et Derrick Rose. À Chicago, les gens sont connus pour être durs, tant sur le terrain qu’en-dehors. J’essaie d’amener tous les jours cette mentalité. Je veux me comporter en professionnel et mon influence ne se limite pas au basket, j’ai aussi un rôle à jouer dans ma communauté. »

« C’est la réalisation d’un rêve. Jouer aux côtés de stars NBA comme Chris Paul et Danilo Gallinari est une fantastique opportunité pour apprendre à leur contact et j’ai de la chance d’appartenir à cette grande organisation qu’est OKC. Comme équipe, nous voulons gagner en prenant les matchs les uns après les autres, en poursuivant dans notre dynamique actuelle. »

Nader ne cache pas son rêve de participer au ‘NBA-All Star Weekend’. Pourquoi pas ? « C’est inspirant et motivant. C’est l’occasion de rencontrer certains de mes collègues en-dehors des terrains. Il n’y a pour moi pas de rêves trop grands et j’espère avoir un jour le bonheur de jouer au All-Star Weekend. »

Dans le cadre des Éliminatoires pour le FIBA AfroBasket 2021, l’Égypte partage un intriguant Groupe E avec le Maroc, l’Ouganda et le Cap-Vert. Les trois meilleures équipes de ce groupe se qualifieront pour la phase finale au Rwanda.

Si Kylian Mbappé réussit ces 5 choses, il dépassera largement Lionel Messi et Cristiano Ronaldo
(Visited 15 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *