Connect with us

Foot Africain

Can 2019 : Face à l’Algérie, Sessegnon veut livrer un grand match !

Published

on

Le Bénin affronte l’Algérie vendredi dans le choc du groupe D des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2019. Co-leader avec 4 points, les Écueruils ont atteri mercredi à Blida et s’attendent à un match difficile contre les Fénnecs. Le Capitaine béninois Stéphane Sessegnon en est conscient et fait le point dans cet entretien accordé à la presse à la presse locale.

Stéphane Sessegnon boinsoir ! Vous affrontez l’Algérie vendredi en éliminatoires de la CAN 2019. Qu’attendez-vous de confrontation ?

On s’attend à un match difficile puisqu’on connaît cette équipe d’Algérie et la qualité des joueurs qu’elle a. On a aussi nos moyens et on espère faire un bon résultat ici.

On voit que l’Équipe du Bénin est en nette progression depuis quelques années

C’est vrai depuis un certain temps, on est en nette progression.Il y a un travail qui a été fait et qui continue d’être fait. C’est du bonus pour nous. Mais on connaît cette équipe et personnelemnt je l’a connaît très bien. On s’était affronté en 2013 et elle est composée de grands talents. On s’attend à un match difficile comme je le dis. Mais nous aussi on a nos chances et nos cartes à jouer puisqu’on est en nette progression.

Les résultats plaident pour le Bénin, actuellement co-leader avec l’Algérie. Dans quel état d’espris sont les Écureuils avant d’affronter les Fennecs?

Avec beaucoup d’humilité dans un premier temps et beaucoup de confiance. Comme je le dis, on a aussi nos qualités   même si on sait que cette équipe d’Algérie ne sera pas facile à manoeuvrer. On fera tout on est venu avec un état d’esprit Positif.

Pour gagner ou pour limiter les dégâts ?

Non Non…Pas pour limiter les dégâts. On connaît la qualité de l’adversaire on la respecte mais on a pas peur. On est pas venir ici pour limiter les dégâts on vient ici pour tout donner et se battre jusqu’au bout. Après, on a moins de pression que l’équipe Algérienne et on va jouer libéré et après on verra ce qui va se passer.

La sélection algérienne traverse une période assez délicate et ne parvient pas à enchaîner les résultats.  Est ce que vous sentez avoir un coup à jouer à Blida ?

Quand une équipe change d’entraîneur, les choses deviennt meilleures. Elle va repartir sur de nouvelles bases en quelque sorte et nous on s’en méfie. Il n’y a pas une crise. l’Algérie n’a pas les résultats qu’elle attend mais l’équipe a des qualités.

Qu’est ce que vous connaissez de cette équipe algérienne?

Je connaîs beaucoup de joueurs algériens. On a suivi cette équipe à la dernière Coupe d’Afrique et lors de ces derniers matches. C’est une grosse équipe.

On vous a vu avec le PSG. Vous êtes actuellement en Turquie. Est ce que Sessegnon d’il y a quelques années est toujours de mise ?

(Sourire) Je ne sais pas mais avec l’âge je n’ai plus les mêmes jambes mais dans la tête je suis toujours le même Sessegnon avec la même motivation et le même envie. Vous verrez vous même vendredi si Sessegnon d’avant est toujours le même.

Vous étiez en stage à Paris avant d’arriver en Algerie. Après le match, vous repartez à Cotonou pour la manche retour. N’est-il pas fatiguant ?

Ce n’est pas évident avec le temps qui sépare les deux matchs mais je pense que c’est un calendrier qui nous ai imposé et on a pas le choix. On avait pas d’autre choix que de faire ce regroupement à Paris qui est l’endroit qui était le plus proche de l’Algérie.

Transcription : Carinos CHANHOUN

 

Journaliste reporter Sportif béninois, spécialisé dans le sport africain, j’ai un gros faible pour Samuel Eto’o, Didier Drogba, Jay Jay Okocha et Caster Semenya.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui