pourquoi-legypte-ira-au-bout-de-cette-can

Pourquoi l’Egypte ira au bout de cette CAN !

afriquesports logo

Birane Bassoum

Le tirage au sort de la CAN 2019 a eu lieu ce vendredi à Caire. Devant le décor idyllique des pyramides de Gizeh, la cérémonie tant attendue a donné son verdict. Ce cadre resplendissant accueillait la crème du football africain. Mustapha Yadji, Yaya Touré, El Hadji Diouf, en guest stars, ont défilé sur le tapis rouge. En guise de rappel, pour la première fois, ce sont 24 nations qui prendront part à la prestigieuse compétition. Particulièrement attendue, il ne reste plus que quelques semaines avant les phases de groupe qui seront notamment marquées par la présence des plusieurs novices tels que la Mauritanie, Madagascar ou encore le Burundi.

Cette 32e édition promet du spectacle avec des rencontres alléchantes sur le papier. Les différentes sélections peuvent désormais préparer avec plus de sérénité la phase finale en juin prochain. L’Egypte qui a remplacé, au pied levé le Cameroun, est plutôt épargné par le sort. Les coéquipiers de Mohamed Salah sont bien lotis avec notamment un match d’ouverture pas hyper sexy face aux Guerriers du Zimbabwe, soyons honnête. Placés avec la RDC Congo, l’Uganda et les « Warrios », les pharaons ont hérité d’adversaires à priori à leur portée. Si la RDC d’Ibengue aura une belle carte à jouer, les hommes de Javier Aguirre sont les grandissimes favoris de cette poule. D’autant plus qu’une autre statistique plaide en faveur du pays hôte.

L’Egypte se hisse toujours dans le dernier carré des éditions qu’elle organise…

En effet, le constat est implacable. Plus ou moins favoris car possédant un des meilleurs joueurs africains à l’heure actuelle mais avec également l’avantage d’accueillir l’édition, les pharaons ont toujours étaient au rendez-vous. Détentrice du record du nombre de victoires mais aussi de participations (7 fois championne d’Afrique), l’Égypte se hisse systématique dans le carré VIP des CAN qu’elle organise. D’abord pour sa première organisation en 1959, les pharaons la remportent pour la deuxième fois consécutive amenés par leur joueur phare Mahmoud El Gohary. Puis en 1974, c’est la deuxième fois que le pays accueille la compétition. Ils remporteront la symbolique troisième place, éliminés par le futur vainqueur le Zaire guidé par l’insatiable buteur Mulamba. Rebelote en 1986 où le pays hôte en l’occurrence l’Egypte, remporte également l’édition en disposant du Cameroun après les épreuves fatidiques des tirs aux buts (5-4). L’issue est aussi la même lors de la finale de 2006 qui a lieu au Caire. L’Égypte sort vainqueur de cette CAN (sa cinquième) face aux éléphants aux tirs aux buts (4-2).

Il faut dire que les pharaons ont toujours fait bonne figure dans la prestigieuse compétition. A plus forte raison dans les éditions qu’ils ont abritées. Une chose est sûre, en juin, il faudra compter sur le pays hôte qui en plus, a dans ses rangs le double Ballon d’or africain.

CAN
Egypte
FEATURED