Connect with us

Foot Africain

« Drogba est mon idole et j’attends l’appel du Real Madrid »

Published

on

C’est la nouvelle sensation carolorégienne. Dans la grisaille des affaires qui touchent le foot belge, Victor Osimhen a apporté dimanche soir une fraîcheur tonifiante : le buteur nigérian des Zèbres a surgi dans les dernières minutes pour offrir à son équipe la victoire contre Zulte Waregem.

Dans la lignée des inconnus révélés au Mambour, Victor Osimhen s’érige depuis quelques semaines comme la nouvelle arme secrète du Sporting. Avec 5 buts et 2 assists en 7 matches (Coupe de Belgique comprise), dont sa fameuse talonnade à Waasland et le coup de boule victorieux contre Zulte ce dimanche, il a déjà maintes fois sorti son équipe du pétrin.

« Plus tard, j’espère devenir l’un des meilleurs attaquants d’Europe » lâche ce grand gamin de 19 ans, pétri d’ambition. « Mon grand modèle s’appelle Didier Drogba : depuis tout petit, je le regarde en vidéo, j’essaie de l’imiter à l’entraînement et en matches… mais je dois encore beaucoup travailler (rires). Un jour, j’espère le croiser en vrai. »

Plus original : là où tous les gamins rêvent d’Angleterre et de Premier League, lui se dit fan… de la Jupiler League. « La saison passée, je regardais toutes les images sur mon ordinateur depuis Wolfsburg. C’est un bon championnat, qui sert souvent de tremplin pour une carrière. Et puis, j’y avais des amis : Emmanuel Dennis à Bruges et Henry Onyekuru à Anderlecht. »

Meilleur buteur et Champion du Monde avec les U17 nigérians au Chili en 2015, Osimhen fait déjà oublier au Sporting l’icône Jérémy Perbet, confiné au rôle de réserviste. En 2016, Wolfsburg a claqué pour Osimhen 4 millions d’euros.

Son club de rêve ? Le Real Madrid

« C’est une pépite à l’état brut, qu’il faut tailler » décortique Felice Mazzù : « Il est rapide, grand et puissant, il a un bon jeu de tête et une bonne technique, c’est un joueur complet. Quand il est arrivé d’Allemagne, il a fallu d’abord le retaper physiquement, car il était en déséquilibre musculaire. Il est aussi très réceptif, il écoute tout ce qu’on lui dit même si la communication n’est pas toujours facile. Maintenant, il est encore très jeune : il faut donc s’attendre à ce qu’il connaisse des hauts et des bas. »

Pierre-Yves Hendrickx confirme : « On joue beaucoup sur notre côté « club familial ». On l’entoure donc au maximum, on le met dans un cocon pour qu’il se sente parfaitement bien. » Objectif apparemment réussi, si l’on consulte Gaëtan Hendrickx. « Victor est assis en face de moi à table et il a tout le temps la banane : c’est un bon vivant et je suis très heureux pour lui de ce qui lui arrive. »

Ce qui frappe aussi chez Osimhen, c’est sa propension à manger les kilomètres : attaquant collectif, il est le premier à défendre en phase de repli. « On dit des attaquants qu’ils doivent être égoïstes » explique le Nigérian. « Mais moi, je donnerai toujours ma balle à un équipier s’il est mieux placé que moi : ce qui compte, c’est d’abord la victoire de l’équipe. Même si c’est vrai, j’aime bien marquer. Je vous l’annonce : je ne vous dis pas combien, mais je vais marquer beaucoup de buts ! » (rires)

Charleroi loue Osimhen à Wolfsburg… mais il détient une option d’achat : après Kaveh Rezaei, le Nigérian se profile donc déjà comme la prochaine vente record du club. Mais jusqu’où ? C’est la question. « Mon club de rêve, c’est le Real Madrid. Si Dieu le veut, j’y jouerai un jour… car en football, tout est possible. Et si ça ne marche pas, je resterai à Charleroi ! » (rires)

Avec rtbf

Journaliste reporter Sportif béninois, spécialisé dans le sport africain, j’ai un gros faible pour Samuel Eto’o, Didier Drogba, Jay Jay Okocha et Caster Semenya.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui