Le président de la Juventus, Andrea Agnelli, n’abandonne pas la Super League européenne

Le président de la Juventus, Andrea Agnelli, a insisté sur le fait qu’il n’était pas disposé à abandonner la Super League européenne et souhaitait ouvrir un nouveau dialogue avec l’instance dirigeante européenne de l’UEFA sur la question.

La Juventus, le Real Madrid et Barcelone sont les seuls clubs restants des 12 fondateurs d’origine à ne pas se retirer de la Super League. Les neuf autres, dont les Big Six de la Premier League, se sont retirés dans les 48 heures suivant le lancement officiel de la Super League dans la nuit du 18 au 19 avril.

Lorsqu’on lui a demandé si le projet pouvait encore se réaliser après les sorties, Agnelli a déclaré : « Je réaffirme notre volonté d’avoir un dialogue pour faire face aux problèmes qui sont à la base du football européen. Nous n’avons pas peur des menaces et nous sommes convaincus que nos l’action conduira à des résultats satisfaisants, mais le vrai succès serait de revenir au dialogue. »

Agnelli a démissionné de son poste de président de l’Association des clubs européens au milieu de la réaction féroce des plans de la Super League. « Nous sommes absolument certains que nous jouerons la Ligue des champions lors de la saison 2021-2022 », a-t-il déclaré.

« J’ai du respect pour Ceferin, mais ceux qui travaillent dans le monde des affaires savent ce que signifie respecter un accord de non-divulgation, donc, comme j’ai immédiatement démissionné de tous mes postes, je pense avoir agi correctement. Je pense que le temps viendra aplanir tous les malentendus qui se sont produits. »

Agnelli a également évoqué l’impact de la pandémie de coronavirus, et a ajouté : « Le conseil d’administration a examiné les impacts de COVID au cours des dernières saisons qui sont d’environ 320 millions d’euros et a préparé des lignes directrices pour l’augmentation du capital social jusqu’à 400 millions d’euros.

«Ceux de la pandémie sont des effets qui ont touché toutes les entreprises. L’UEFA connaît toute la situation dans toutes les ligues. L’UEFA estime un besoin de liquidité d’environ 8,5 milliards d’euros pour les clubs. Il existe un risque qu’environ 120 clubs soient menacés d’insolvabilité à court terme. Certaines opérations ont été annoncées côté dette et je pense à Barcelone, l’Inter, West Ham, Porto pour des montants importants.

« Ensuite, il y a des augmentations de capital telles que Roma, Atletico Madrid et nous sommes ici aussi. Nous nous inscrivons dans ce contexte, il est important que les actionnaires soutiennent la croissance de ce club. La propriété est l’une des forces de ce club, je le dis en tant que président et membre de la famille.

Publicité

Laisser un commentaire