« Balotelli me fait penser à Drogba »

Pour José Anigo, ancien entraîneur et directeur sportif de l’OM, Mario Balotelli inspire de la crainte dans les défenses adverses. Comme un certain Didier Drogba avant lui.

Aucun but en 758 minutes avec Nice, déjà trois en 325 minutes avec l’OM. En changeant de club fin janvier, lors du mercato hivernal, Mario Balotelli a aussi changé de rendement. Lui qui n’avait jamais su s’épanouir sous les ordres de Patrick Vieira, avec lequel il entretenait une relation assez tendue, a retrouvé depuis son arrivée à Marseille des statistiques dignes de celles qu’il affichait durant ses deux premières saisons à l’OGCN.

Mais au-delà des chiffres, son apport se voit également dans le jeu, où son positionnement a permis à Valère Germain de sortir de sa torpeur dans le 4-4-2 mis en place par Rudi Garcia. Une intégration réussie, donc, qui comble déjà un José Anigo « emballé » dès l’annonce de la signature de « Super Mario ». « Comme tous les Marseillais », dit-il dans les colonnes de France Football, avant de comparer l’attaquant italien à une légende du club phocéen.

Il représente « la menace marseillaise »

« Même si leur statut était différent à leur arrivée, Balotelli me fait penser à Drogba dans cette capacité à incarner l’attaque de l’OM, explique l’ancien directeur sportif et entraîneur des Ciel et Blanc. Ce sont eux qui représentent la menace marseillaise, qui font en sorte que l’adversaire va être dans la crainte, davantage en tout cas que le seul Mitroglou (désormais à Galatasaray, ndlr), ou le seul Germain, même si ce sont de bons joueurs. »

Si les profils athlétiques et techniques des deux buteurs sont évidemment différents, leur aura les rapproche. « Et ça, c’est important pour le public car l’OM a une très grande histoire et les supporters doivent sentir que leur équipe fait peur, qu’elle possède quelques joueurs de classe, car c’est ce à quoi ils ont été habitués », poursuit l’ex-dirigeant. Dans les virages du stade Vélodrome, on espère que l’effet Balotelli durera plus de six mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *