« Van Persie et Nasri seront les seuls joueurs à mon niveau »

L’Espagnol affirme que la pression sur ses épaules est devenue trop lourde à porter vers la fin de son séjour à l’Emirates Stadium

Cesc Fabregas a révélé pourquoi il avait quitté Arsenal il y a neuf ans, admirant pleurer après les défaites tout en nommant Robin van Persie et Samir Nasri comme les seuls joueurs de son niveau « mentalement et techniquement » à l’époque.

Arsene Wenger a réussi à prendre Fabregas en tant que jeune de la célèbre académie de La Masia de Barcelone en 2003, et il est devenu le plus jeune joueur à apparaître pour la première équipe de l’histoire du club un mois après son arrivée dans le nord de Londres.

L’ex-international espagnol a ensuite présenté 303 matchs dans toutes les compétitions pour les Gunners, devenant un favori parmi les supporters pour sa plage de dépassement exceptionnelle, sa passion féroce et son style combatif au milieu du parc.

Il n’a cependant pas été en mesure d’inspirer un succès tangible sous la forme de trophées, avec un triomphe solitaire en FA Cup, la seule pièce d’argenterie majeure qu’il a ramassée pendant ses neuf ans à Arsenal.

Fabregas a fini par rentrer à Barcelone en 2011, puis est retourné en Premier League avec Chelsea avant de s’installer en France, où il exerce actuellement son métier avec Monaco.

Le joueur de 32 ans a désormais renforcé sa décision de s’éloigner de l’Emirates Stadium, insistant sur le fait qu’il commençait à se sentir « seul » à un moment où Arsenal ne concurrençait plus l’élite sur les fronts nationaux ou européens.

« J’étais le capitaine, j’ai toujours ressenti tellement de pression sur moi-même », a déclaré Fabregas à Arseblog. «Je devais diriger cette équipe pour gagner quelque chose. J’ai tout donné. Parfois, je rentrais chez moi après avoir perdu et je pleurais.

« Avant, je souffrais, je passais des nuits blanches à souffrir. Et puis tu perds un match, tu es dans le bus comme ça, détruit, et puis tu entends des joueurs rire, pensant où ils vont aller plus tard. »

« Cela durait depuis quelques années. Nous jouions un beau football et j’aimais ce côté des choses, mais je me mettais la pression pour tout faire et à un moment donné, je me sentais un peu seul.

« Surtout au cours des deux ou trois dernières années, j’ai senti que Robin et Samir étaient les seuls joueurs – ce n’est pas une chose arrogante à dire, c’est ce que je ressentais à l’époque – les joueurs qui étaient à mon niveau mentalement et techniquement.

« Beaucoup de choses me sont venues à l’esprit, je devais admettre que j’étais un peu vide, j’étais mentalement vidé, physiquement, dans mon âme sachant que je donnais tout, connaissant quelques signatures que le club aurait pu faire mais ne s’est pas produit. »

« Voir certains comportements de certains joueurs ou quelque chose comme ça m’a fait sentir que je voulais vérifier autre chose. Sans ça, je n’aurais pas quitté Arsenal à ce moment-là. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *