Can 2019 : de Marseille à Saint-Etienne ou Paris, les fans de l’Algérie explosent de joie

Drapeau de l’Algérie sur les épaules, massés devant des télévisions sorties sur les trottoirs, des milliers de supporters des « Fennecs » ont explosé de joie dimanche soir en France après la qualification pour la finale de la CAN de leurs favoris, au bout du suspense.

Sur la Canebière, à Marseille, où les fans des « Fennecs » ont suivi le match sur les téléviseurs sortis par les bars du quartier sur les trottoirs, le deuxième but algérien déclenche un vent de folie. Pétards et fumigènes sont lancés pour fêter la victoire et des milliers de personnes entament la descente vers le Vieux-Port, où le feu d’artifice du 14 juillet vient à peine de s’achever.

Comme prévu, les forces de l’ordre leur interdisent l’accès du Vieux-Port, pendant que les touristes et les Marseillais qui étaient au feu d’artifice essaient de remonter l’avenue. Des motos font pétarader leurs moteurs, des jeunes escaladent les réverbères, drapeau algérien à la main. Un camion des marins-pompiers semble crouler sous une marée de supporters algériens qui l’ont escaladé, commençant même a en dérouler les tuyaux.

Plusieurs personnes sont interpellées après avoir allumé des feux et jeté des projectiles.

Sur les Champs-Elysées, à Paris, les automobilistes font là aussi hurler leurs klaxons.

Peu après 23H00, des cris de joie résonnent sur la célèbre avenue. Des supporters, euphoriques, s’enlacent. « On va gagner, c’est historique, tahya (vive) l’Algérie ! », lance Wassim, drapeau algérien sur le dos. « J’en pleure, j’ai pas de mots », ajoute Myriam, les larmes aux yeux.

Lire aussi
Souley Diawara reagit au retrait de son maillot

Au rond point de l’Etoile, des femmes lancent des « youyous » aux touristes un peu surpris.

Assia affiche sa fierté: « Je suis aussi contente que pour la finale de la Coupe du monde. J’ai deux pays ». Elle l’assure: « on va faire la fête toute la soirée, et si ça part en vrille on va s’écarter ».

– « Le cœur qui parle » –

Vers une heure du matin, la fête bat son plein, sans incidents. Des milliers de supporters ont envahi le haut de l’avenue des Champs-Elysées. Ils côtoient des touristes, venus pour beaucoup assister aux feux d’artifice du 14 juillet.

Autour de l’Arc-de-Triomphe, la circulation est compliquée.

Les forces de l’ordre, fortement mobilisées pour parer à d’éventuels débordement, tentent de contenir la foule. Alors qu’une vingtaine de supporters avaient envahi la chaussée au coup de sifflet final, elles sont rapidement intervenues pour les repousser vers le trottoir, parfois à coups de matraques.

A Saint-Etienne aussi, la plupart des bars et associations culturelles algériennes du centre-ville sont pleins à craquer de supporters. Aucun incident notable et aucune interpellation n’étaient signalés peu après minuit.

À Montpellier, où les festivités avaient été endeuillées jeudi après la précédente victoire de l’Algérie par la mort d’une mère de famille fauchée par un chauffard, l’avenue d’Heidelberg, lieu de l’accident, est animée par de nombreuses voitures circulant fenêtres ouvertes, drapeau algérien au vent.

Lire aussi
Ligue Europa : Saint-Etienne – Gent, ou les retrouvailles entre Ngadeu et Moukoudi

Sur le trottoir, beaucoup de familles avec enfants profitent de la fraîcheur du soir et des jeux dans le parc adjacent. Les klaxons résonnent, les véhicules défilent. Une personne a été interpellée pour un rodéo dans le centre-ville.

« Je rentre vite chez moi car je sais que ça va dégénérer », craint une maman accompagnée de ses deux enfants. « Regardez il n’y a pas de police pour nous sécuriser. Ils s’en fichent et les jeunes vont continuer ».

A Lyon, des fans de l’Algérie rassemblés dans le quartier de la Guillotière ont lancé projectiles et feux d’artifices sur les forces de l’ordre qui bloquent le pont menant au centre-ville.

« On aime la France mais là c’est le cœur qui parle, on est déçu pour la Tunisie mais qu’est-ce qu’on est fier et content de l’Algérie! », se réjouit Omar, vendeur indépendant de 42 ans drapé dans un drapeau algérien.

« Ils méritent, il n’ont pas lâché, ils ont tout gagné, hop, et voilà! Le meilleur a gagné, c’est tout ».

Toutes les preuves qui montrent que Sadio Mané méritait le Ballon d'or ➔