Yaya Touré : ‘‘C’est pourquoi la Côte d’Ivoire va organiser une des meilleures CAN’’

Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 avec la Côte d’Ivoire, Yaya Touré s’est exprimé sur le groupe (D) des Eléphants pour cette 32è édition de la reine des compétitions Africaine dont la phase finale est prévue du 21 juin au 19 juillet prochain. Un groupe qui compte comme par hasard le Maroc d’Hervé Renard…

Logée dans la même poule que le Maroc, l’Afrique du Sud et la Namibie à l’issue du tirage au sort tenu le vendredi 12 avril dernier, la Côte d’Ivoire retrouve de vieilles connaissances. La plus proche étant le Maroc qui on s’en souvient encore aujourd’hui, est l’équipe qui a privé les Eléphants du mondial 2018 après les avoir éliminé en phase de poule lors de la CAN 2017.

‘‘Nous n’avons pas droit à l’erreur’’

Pour Yaya Touré qui compte retrouver les terrains la saison prochaine, ses jeunes compatriotes n’ont pas droit à l’erreur.

« Nous n’avons pas droit à l’erreur. Souvenez-vous qu’à la CAN  2017, les Éléphants sont sortis très tôt de la compétition. En plus, pour la première fois depuis 2006, l‘équipe n’a pu se qualifier pour la phase finale du Mondial. Le prochain rendez-vous important, c’est cette CAN 2019. Il faut pouvoir reconquérir le public ivoirien. C’est une poule qui n’est pas facile. »

a-t-il déclaré dans les colonnes du journal SuperSport.

Pour le joueur bientôt âgé de 36 ans et dont l’expérience du jeu anglais ne fait aucun doute du fait de ses 8 saisons passées à Manchester City, la Côte d’Ivoire ne devrait pas sous-estimer les pays Anglophones soit l’Afrique du Sud et la Namibie.

« Tout le monde parle du Maroc. Mais, il faut se méfier du jeu direct de ces pays anglophones. La Namibie et l’Afrique du Sud ont beaucoup progressé… C’est un groupe délicat. La formule à 24 équipes à la particularité de prendre les quatre meilleurs troisièmes en plus des 2 premiers de chaque poule. Ce qui veut dire que plusieurs équipes pourront avoir de bonnes marges de manœuvre. »

‘‘C’est la main de Dieu’’

Désigné par la CAF pour le tirage au sort des poule, Yaya Touré est ‘‘responsable’’ de ses retrouvailles entre la Côte d’Ivoire et le Maroc. Interrogé sur ce tirage, Yaya a ironisé la chose.

« (Rires). C’est peut-être la main de Dieu. Il est vrai que le Maroc a éliminé les Éléphants de la CAN 2017 et leur a barré le chemin du Mondial 2018. Mais, c’est à la Côte d’Ivoire de trouver des ressources pour revenir à niveau. »

 

Lire aussi
Algérie : Voici le Top 5 des buteurs toujours en activité

Vainqueur de la CAN 2015 avec à l’époque Hervé Renard à la tête des Eléphants, Yaya Touré reconnait que le Maroc qui a depuis recruter le technicien Français à un atout indéniable.

« C’est vrai. Hervé connaît bien l’équipe de la Côte d’Ivoire. Il a même remporté le trophée avec nous. Pour moi, il n’est pas seulement un des meilleurs entraîneurs sur le continent. C’est un très grand technicien. Il aime ce genre de situation. Les défis, les gros challenges… Il les adore. En même temps, il aura aussi en face un bon groupe de joueurs ivoiriens. »

‘‘La Côte d’Ivoire va organiser une des meilleures CAN’’

S’expriment enfin sur le glissement des CAN 2019 à 2023 qui a impacté la Côte d’Ivoire, Yaya Touré a estimé que la décision de la CAF devrait au final arrangé tout le monde.

Lire aussi
Après sa rencontre avec Ouattara, Didier Drogba pose un acte fort pour la présidence de la FIF (photos)

« Il ne faut pas en faire un problème. J’ai l’intime conviction que ce glissement arrange toutes les parties. Je pense que cette situation a un peu fouetté l’orgueil de mon pays. Et je vois que ces temps-ci, on se met au travail sur tous les sites. Il y a le début des travaux un peu partout. 2023 va certainement donner plus de marge de manœuvre à mon pays. »

Pour lui, nul doute que la fête du foot Africain sera belle en 2023 en Côte d’Ivoire.

« La Côte d’Ivoire va organiser une des meilleures éditions de la CAN. C’est un pays de football. Il y aura de la ferveur populaire. C’est le pays de Laurent Pokou, de Yaya Touré et de Didier Drogba. À nous deux, nous avons réuni 6 Ballons d’Or africain… Quoi de plus normal ! Lorsque j’ai eu le Président Ahmad, il m’a dit d’ailleurs qu’il s’apprêtait à organiser un grand Forum sur le football africain, à Abidjan. C’est aussi cela l’implication de tous les pays dans le développement du football du continent. »

 

Propos recueillis par une correspondance particulière d’Adam Khalil et publiés sur Supersport.ci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *