Ces légendes africaines qui sont devenues internationaux avant leurs 18 ans !

« Simple jeu d’affrontement codifié ou mise en scène tendues des conflits de la société, le football est un sport à part ». Cette affirmation prouve si besoin en est que les tensions autour de cet enjeu ne sont pas moindres dans un certain nombre de pays où les équipes nationales devaient se qualifier à l’issue d’éliminatoires très disputées. De plus, la dimension économique qui l’entoure et sa médiatisation excessive suffisent à expliquer l’intérêt qu’il suscite parmi les foules aux cultures très différentes. Partant de ce constat, on comprend aisément pourquoi les jeunes ont tant de peines à bousculer les codes pour se frayer un chemin au sein des équipes premières.

Si les exemples de jeunes joueurs qui ont explosé très tôt sur la scène mondiale font légion – Mbappé, Vinicius, Sancho etc… sont là pour témoigner – les barrières restent présentes pour ces derniers. A plus forte raison en sélection nationale où l’urgence de résultat est mise en avant au détriment de l’éclosion de ces talents précoces. Pourtant, il arrive par moments que des gamins venus de nulle part bousculent tous les codes de la hiérarchie et parviennent à se faire un nom avant même d’avoir atteint leur 18 ans. Parmi les légendes africaines, certains phénomènes ont réussi cet exploit. Qui sont-ils ?

Salif Keita (Mali)

Butteur vedette, dribbleur fou, véritable star de l’AS Saint-Etienne, Salif Keita a inscrit son nom dans les annales du football africain. Sa renommée, il le doit à ses cinq saisons glorieuses du côté de Geoffrey-Guichard mais aussi à ses prestations monstres avec la sélection malienne, faisant montre d’une précocité inouïe. C’est ainsi, qu’il fut convoqué pour la première fois en sélection nationale à l’âge de 16 ans. Le reste appartient désormais à l’histoire car on se souviendra de lui comme le premier joueur à avoir remporté le Ballon d’Or africain.

Lire aussi
Onze type UEFA, "The Best" : La réaction exemplaire de Sadio Mané

Samuel Eto’o   

Il est sans doute le plus éminent de ce cercle très fermé. Samuel Eto’o n’est plus un personnage à présenter dans la sphère footballistique mondiale. Ses exploits retentissants un peu partout en Europe ont forgé sa légende. Très précoce et au-dessus des joueurs de son âge, Samuel débute très tôt avec l’équipe camerounais cadets à quatorze ans avant d’être surclassé en juniors avec qui il signe un doublé pour sa première face à la Côte d’ivoire. Il sera également sélectionné lors de la Coupe du Monde 1998, il n’avait que 17 ans et 3 mois (plus jeune joueur du tournoi).

Abedi Pelé

Son histoire d’amour avec le ballon commence dans faubourgs d’Accra, où le petit Abedi manie le cuir avec un talent perceptible. Le joueur est alors repéré par le Tamale United avec lequel il impressionne et éblouit son petit monde. A l’époque âgé à peine de 17 ans, il fait ses gammes en sélection première et participera à la CAN au Libye. Le jeune garçon fait partie de l’équipe victorieuse face au pays hôte, s’offrant même quelques minutes lors de cette finale.

Lire aussi
Business: Samuel Eto'o débarque dans le pari sportif

Rigobert Song

Il y’a à peine quelques temps le football africain s’est arrêté de respirer en même temps que Rigobert Song. La mort, Song l’avais déjà fréquentée de très prés. C’sest d’ailleurs ce qui lui sert de déclic en lui apportant la force et la volonté pour devenir joueur professionnel. Le lion indomptable a fait les beaux jours du Tonnere Yaoundé, de Metz… et bien sûr de son pays (deux CAN parmi les huits qu’il a disputé). Song c’était également ce jeune défenseur pétri de talent qui s’est ouvert tôt les portes de la sélection nationale, participant comme un certain Eto’o à la Coupe du Monde à 17 ans et 353 jours.

Nwankwo Kanu

Avec un des plus beaux palmarès du continent avec notamment la ligue des champions 1995, deux Ballons d’or africains, Kanu fait incontestablement partie des plus illustres du jeu. Excellent dribbleur malgré sa taille longiligne, le Nigérian s’est très vite révélé au plus haut niveau. Ses premières convocations au sein de l’équipe A interviennent avant ses 18 ans.

Emmanuel Adébayor

Sa récente vidéo suite à l’élimination des Eperviers a ému la toile. Un discours plein de sincérité qui montre combien cette sélection compte à ses yeux. Il faut dire qu’Adébayor a honoré sa première convocation à l’âge de 17 ans. Il a connu toutes sortes d’émotions avec sa sélection notamment les événements tragiques en 2010 entre autres. Il restera cependant comme une figure de proue de la sélection togolaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *