LDC – Wydad vs Espérance : La CAF réagit à la décision du TAS

Deux mois après le fiasco lors de la finale retour de la Ligue des champions africaine entre le Wydad Casablanca et l’Espérance de Tunis, le Tribunal arbitral du sport (Tas) a statué hier. Il a annulé la décision de la Confédération africaine de football (CAF), qui voulait faire rejouer le match. Sans tarder, l’instance dirigeante du football africain a régit ce jeudi à travers un communiqué publié sur son site officiel.

La CAF répond au TAS

« Dans le cadre du dossier relatif aux recours respectifs du Wydad Athlétic Club (Maroc) et de l’Esperance Sportive de Tunis (Tunisie) contre la décision du Comité Exécutif de la CAF du 5 juin 2019 de faire rejouer le match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CAF 2018-2019 ; le TAS a rendu une sentence partielle ce 31 juillet 2019.

La formation du TAS a annulé la décision du 5 juin 2019 pour des raisons de forme uniquement. La CAF n’a pas encore reçu la motivation de ladite sentence.

La formation arbitrale a décidé de laisser les organes compétents de la CAF se prononcer sur les questions disciplinaires y compris la décision de rejouer le match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CAF, le cas échéant.

A cet égard, la CAF annonce que ses organes compétents se réuniront incessamment pour statuer sur le dossier et qu’elle avisera en temps opportun », a publié la CAF.

Le 31 mai dernier, lors de la finale retour de la Ligue des champions entre Tunisiens et Marocains, le match a été interrompu pendant près d’une heure. La raison : les joueurs du Wydad Casablanca, menés 1 but à 0 en ce moment par l’Espérance de Tunis, inscrivent un but, mais refusé par l’arbitre du match. Cependant, il n’y a pas de VAR pour visionner le but. Les joueurs marocains décident donc de boycotter et de ne plus entrer sur le terrain. A la suite d’une très longue attente, le match est finalement interrompu par les officiels de la CAF. Avec la décision du TAS et la réplique de l’instance dirigeante du foot africain, cette affaire est encore à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *