Égypte : Mohamed Salah tient son « Mojo »

Advertisements

De FC Bâle à l’AC Fiorentina en passant par Chelsea FC, Mohamed Salah n’a jamais eu la même image. Débarqué à Chelsea en 2014 après avoir été le chouchou en Suisse avec FC Bale (2012-2014), un club avec lequel il a émerveillé toute Europe lors des soirées de la ligue des Champions, Mohamed Salah a vite compris les difficultés que pourrait connaître son avenir.

Advertisements
Advertisements

Il enchaîne ainsi des prêts en 2015 à  l’AC Fiorentina et  2015 – 2016 à l’AS Rome avant de connaître une saison pleine (2016 – 2017) avec l’AS Rome. C’est d’ailleurs cette belle saison qui lui a permis de faire son come-back en Angleterre l’été 2017 non pas à Chelsea mais à Liverpool. Un club rival des Londoniens.

Un nouveau challenge, un défi plein de sens car depuis l’entame de la saison, le Pharaon ne cesse de monter en puissance avec des prestations XXL à chaque sortie des protégés de Kloop. Il transmet depuis cette confirmation dans la sélection égyptienne qu’il a d’ailleurs porté lors des phases éliminatoires de la coupe du monde. Grâce à lui, les égyptiens ont rompu avec la malédiction et participeront avec brio à la coupe du monde 2018 en Russie. Une occasion que Mohamed Salah Ghaly saisira pour mettre encore la barre haute.

Les habitants de Basyoun dans le Gouvernorat de Gharbeya en Égypte doivent être fiers de leur ambassadeur car depuis ses débuts dans le Championnat égyptien avec El Mokawloon en 2010-2011, à 17 ans, alors plus jeune Joueur du championnat égyptien, Salah ne cesse de porter hors des frontières leur Nom.

 

  

Publicité