Afrique : Le président de la Fédération nigériane de football, Amaju Pinnick, a saisi des propriétés

Plusieurs propriétés appartenant à de hauts responsables de la Fédération nigériane de football (NFF), dont son président Amaju Pinnick, ont été saisies dans une nouvelle enquête de corruption.

Les enquêtes et saisies les plus récentes ont été effectuées par la Commission indépendante sur les pratiques de corruption et les infractions connexes (CIPC) du pays.

L’ICPC a publié une annonce dans un journal concernant les propriétés saisies, dont la moitié appartient à Pinnick.

Selon le communiqué publié dans les journaux nigérians, l’une des propriétés de Pinnick se trouve à Londres.

Cela vient au milieu de nombreuses affirmations sur la disparition supposée d’argent destiné au développement du football.

« Nous ne pouvons pas entrer dans les détails, si ce n’est que de nombreux responsables du NFF font l’objet d’une enquête », a déclaré un porte-parole du CIPC, Rasheedat Okoduwa.

« C’est fondamentalement parce que ce qu’ils ont dépasse ce qu’ils ont gagné. »

L’ICPC a également pris le contrôle de propriétés appartenant au deuxième vice-président du NFF, Shehu Dikko, et au secrétaire général, Muhamed Sanusi, entre autres.

Ni Pinnick, ni Sanusi n’ont voulu commenter le déménagement de l’ICPC lorsqu’il a été contacté par la BBC, tandis que Dikko ne répondait pas à son téléphone lorsqu’il a été contacté.

BBC Sport comprend que cette dernière enquête sur le NFF se penchera également sur les allégations selon lesquelles l’argent des commandites généré par le deuxième niveau du jeu du pays a été dépensé.

L’enquête du CIPC fait suite à deux affaires distinctes intentées par la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) et à une affaire en cours devant le Groupe spécial d’enquête présidentielle (SPIP).

En mai, le NFF a déclaré à la BBC que lui et quatre autres hauts responsables étaient « victimisés » et ont nié tout acte répréhensible concernant le prétendu détournement de fonds intenté par le SPIP aux fins de la récupération de biens publics. Cette affaire se poursuit le 26 septembre.

Laisser un commentaire