Alexandre Song : « Je commençais à devenir fou, je n’ai pas pleuré mais j’étais stressé »

Promis à une grande carrière, Alexandre Song a vu certains faits le retenir à ne pas briller. Après avoir passé de bons moments à Arsenal et de moins bons au FC Barcelone (il a moins joué), le camerounais a rejoint le Rubin Kazan en 2016. Entre juillet 2016 et janvier 2018, le joueur a vécu de périodes très difficiles en Russie. Dans une interview (en 2018) accordée à The Telegraph, le milieu de terrain a raconté son calvaire dans la ville de Kazan.

« Quand j’ai signé, je me disais que j’allais obtenir une maison rapidement, mais les mois se sont écoulés et je n’en ai pas eu. En fin de compte, j’ai quitté l’hôtel et j’ai dû vivre au centre d’entraînement. Le club me disait que je devais attendre jusqu’à ce qu’ils aient terminé la maison. Un jour, j’ai parlé avec l’un des responsables de la conception et il m’a dit que personne ne lui avait rien demandé », a-t-il révélé. Avant de poursuivre : « j’ai passé un long moment assis dans ma chambre et je n’ai jamais allumé la lumière. J’étais toujours avec mon ordinateur, sans télévision, parce que je ne comprenais rien en russe. Toute ma vie était basée sur un ordinateur et un mobile et ce n’était pas sain. Pour être honnête, je ne savais pas pourquoi je n’allumais pas la lumière ».

Avant de conclure : « Je commençais à devenir fou. Je n’ai pas pleuré, mais j’étais très stressé ».

En plus de tout ça le joueur est resté de longs mois sans salaire. Le comble est que son contrat a été résilié au mercato hivernal en 2018. Un fait qui pourrait marquer Alexandre Song à vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *