Algérie : Le spectre de Gourcuff plane toujours…

Advertisements

Rassemblée pour la première fois depuis le départ de Christian Gourcuff, la sélection d’Algérie prépare son déplacement aux Seychelles pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017, avec l’intention de tourner la page tout en restant fidèle aux principes du technicien breton.
Réunis depuis samedi, les Fennecs profitent des pelouses impeccables du centre technique national de Sidi Moussa pour parfaire leur condition en vue du déplacement aux Seychelles le 2 juin à l’occasion de la 5e journée des éliminatoires de la CAN 2017. Pourtant, un sujet occupe au moins autant les esprits que cette rencontre cruciale (un point suffira à l’Algérie pour valider son billet pour la phase finale) : Christian Goucurff.

Advertisements

Sélectionneur de l’Algérie depuis l’été 2014, le technicien français a rendu son tablier en avril, persuadant la Fédération (FAF) de rompre son contrat à l’amiable. Pour la première fois depuis un an et demi, ce n’est donc pas sous la houlette du Breton que se réunissent les Fennecs, désormais sous les ordres du duo d’intérimaires composé de Nabil Neghiz et Yazid Mansouri. « Nous n’allons pas effectuer une révolution au sein du groupe, loin de là, mais nous allons préserver la continuité après le départ de Gourcuff », a nuancé Neghiz auprès de l’APS.

Mandi : « C’est derrière nous »

L’ombre du nouvel entraîneur du Stade Rennais, très apprécié du groupe, est bel et bien présente. « A l’entraînement, l’état d’esprit des joueurs est bon, malgré le départ du coach. C’est derrière nous, il faudra s’y remettre. Il y a Nabil et Yazid Mansouri pour faire le travail et gagner ce match », a tenté d’éluder le Rémois Aïssa Mandi face à la presse dimanche. Pas de quoi éloigner le spectre de Gourcuff pour autant. « C’est une nouvelle page, on a beaucoup apprécié son passage ici et ce qu’il a apporté pour l’équipe et on espère que ça va continuer comme ça », a ainsi lancé Ryad Boudebouz. « De toute façon, je ne pense pas qu’avec Yazid et Nabil ça va beaucoup changer, on est toujours dans cette dynamique de faire du beau jeu et d’être efficaces. »

Le souhait des joueurs pour le nouveau sélectionneur

Quelques jours plus tôt, Yacine Brahimi avait annoncé la couleur au moment d’évoquer le départ de Gourcuff dans les colonnes de France Football. « C’est une déception. Oui, on s’entendait bien. On avait créé de belles choses ensemble. Les résultats étaient plus que satisfaisants. Toute l’équipe a tout fait pour le retenir. Jusqu’au dernier moment, on a espéré. Mais les choses se sont passées autrement », a regretté l’ailier du FC Porto. S’ils ont tous botté en touche au moment de se prononcer sur la survie du 4-4-2 cher au Français, les internationaux algériens s’accordent sur un point : le successeur de l’ancien Lorientais, qui ne sera pas nommé avant la fin du ramadan, début juillet, devra prendre soin de l’héritage laissé par son prédécesseur.

« On veut juste un entraîneur qui aime le foot, le beau jeu, comme Christian Gourcuff aimait », plaide ainsi Boudebouz. « On est beaucoup de joueurs assez techniques et on aime faire beaucoup de passes dans les matchs. Je pense que le président le sait et il va faire de bons choix. On a confiance en lui. » En attendant, c’est Mohamed Raouraoua qui a foi en ses hommes pour qu’ils ramènent la qualification des Seychelles. Histoire de nommer le futur sélectionneur en toute sérénité.

Publicité
Advertisements

Laisser un commentaire