Ghana – Uruguay Mondial 2010 : Ce qu’a dit Abreu tout juste avant sa légendaire panenka

Juillet 2010, Afrique du Sud, tous les yeux du continent africain sont rivés sur le quart de finale opposant le Ghana à l’Uruguay. Amené par Gyan Asamoah et Kevin-Prince Boateng, les Ghanéens veulent entrer dans l’histoire en devenant la première sélection africaine à jouer une demi-finale de Coupe du monde.

Pourtant, le Ghana est passé tout près de son objectif avec un penalty manqué par Gyan dans les derniers instants de la prolongation. Mais l’espoir va se briser aux tirs au but, face à des Uruguayens implacables. Lors de ce fatidique exercice, Sebastian Abreu va offrir la qualif’ aux Uruguayens.

Il va en effet marquer le 5e et dernier penalty d’une panenka. Pourtant, il devait frapper le 3e penalty. « Lors de la séance des tirs au but du quart de finale du Mondial 2010 face au Ghana, le coach Tabarez m’a mis en troisième sur la liste des penaltys. Je lui ai demandé de me laisser tirer en cinquième et il a accepté. Je pensais que ça pourrait être mon moment avec la sélection uruguayenne », a-t-il raconté.

Même s’il a eu de la chance d’avoir le penalty décisif, Abreu a toutefois étudié le portier ghanéen, Kingson, avant sa panenka. « Quand on a tiré le premier péno, j’ai demandé à Fucile (défenseur uruguayen, ndlr) : ‘Fuci, le gardien du Ghana s’est jeté très tôt non ?’. Il m’a dit : ‘Oui et alors ?’. Au deuxième penalty, je lui pose la même question, et il me répète la même réponse. Au troisième, je lui redemande et il me dit énervé : ‘Oui, arrête de m’emme*der, pique ton ballon et lâche moi' », raconte le joueur.

Il a ensuite réalisé son panenka avec brio et a éliminé le Ghana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *