Gianni Infantino, l’homme qui veut utiliser le coronavirus pour « transformer » le football

Le monde du football, ou du sport en général, vit une crise sans précédent. A cause de la pandémie du coronavirus, plus aucun match ne se joue sur la quasi-totalité de la planète. Mais cette crise pourrait avantager certains, qui tentent de l’utiliser pour mettre la main sur le football. C’est le cas de Gianni Infantino,  président de la FIFA.

Depuis son arrivée à la tête de l’instance, Infantino et ses hommes veulent tout contrôler. Les sélections, les clubs, les compétitions continentales, tout. Sa proposition pour une CAN tous les 4 ans en est la preuve. Désormais, le patron de la FIFA veut réformer le football, transformer les compétitions.

Reformer le foot, le plus grand souhait d’Infantino

En effet, il profite de cette crise et de l’arrêt des compétitions pour appeler à une méditation profonde sur le football. « Nous devons étudier l’impact mondial de cette crise. Peut-être pouvons-nous réformer le football mondial en prenant du recul. Avec différents formats. Moins de tournois, mais plus intéressant », dit-il. En effet, comme sa Coupe du monde des clubs new look, qui devait débuter en 2021, Infantino veut un changement brutal. Des compétitions avec moins d’équipes, mais qui seront plus équilibrées avec seulement la présence des cadors. Une Ligue des champions des grands clubs, en d’autres termes. Un format qui tuerait les petites écuries, et rentabiliserait les revenus des grandes. Plus de parcours à l’Ajax Amsterdam, ou à l’Atalanta Bergame.

Tebas : « Infantino vise à détruire le football qu’a construit l’histoire »

Mais certains montent au créneau pour empêcher ces idées « loufoques » d’Infantino de proliférer. C’est le cas du président de la Liga espagnole, Javier Tebas. « Des déclarations inappropriées d’Infantino. Mais il a raison, nous devrions commencer par éliminer les dates FIFA où il y a des matches sans intérêt. Il vise à détruire le football qu’a construit l’histoire », déclare-t-il haut et fort.

Même s’il a été président de l’Uefa, l’instance dirigeante du football européen est loin de ramer au même courant. Au contraire, l’Uefa penserait même à contrecarrer les plans du patron de la FIFA, évoquant une Ligue des champions d’été, juste pour jouer des tours à la nouvelle Coupe du monde des clubs. Cependant, Infantino bénéfice d’un fort soutien, celui de certains présidents de grands clubs, à l’image d’Andrea Agnelli (Juventus de Turin).

Jusqu’où ira-t-il dans ses idées ? Personne ne le sait, mais il sera difficile de réformer drastiquement et en profondeur ce football que les gens aiment tant. Même pas la FIFA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *