« Le numéro 10 sera toujours à moi », le message fort de Maradona sur Instagram

Diego Maradona est sans aucun doute possible l’un des meilleurs joueurs de l’histoire. Mais depuis la venue de Lionel Messi, les deux sont souvent comparés. Sans citer le nom du Barcelonais, Diego Maradona fait savoir que la comparaison entre lui et les nouvelles légendes du fooot est pratiquement impossible à faire, car les conditions étaient loin d’être les meilleures.

« Je dis aux journalistes, qui font aujourd’hui mille comparaisons, mille statistiques, à ceux qui pensent avoir découvert le football, que vous ne pouvez pas comparer. Avant, ce n’était pas comme maintenant . C’était différent. Les terrains, le ballon, les chaussons, l’arbitrage, l’entraînement, la nourriture, la médecine, le journalisme, les médias, les transports, les hôtels, le reste. Le «fair-play» n’existait pas, ils te chient à coups de pied. Et si vous n’aviez pas de Coupe du monde, il n’y avait pas de paradis », lance-t-il d’abord sur un post sur Instagram.

Maradona raconte également une anecdote lorsqu’il devait jouer avec l’Argentine, et qu’il s’est fait blessé à l’hôtel au Venezuela. « Au cours de ces presque trois années d’absence , j’ai eu une hépatite, une cheville cassée et les problèmes que nous, étrangers, avons eu à jouer pour l’équipe nationale . Avant qu’il n’y ait pas de dates FIFA, les clubs ont retenu votre passeport et les fédérations n’étaient pas obligées de nous abandonner. C’était UN AUTRE SOCCER. C’était un autre monde. En arrivant au Venezuela, une personne m’a donné un coup de pied au genou en entrant dans l’hôtel. Cela ne pouvait pas arriver aujourd’hui », dit-il.

Maradona rappelle également la période où les joueurs argentins qui évoluaient en Europe ne pouvait pas être sélectionnés. Il ajoute que malgré cela, il n’a jamais ôté son maillot, le fameux numéro 10. « Bilardo a constitué une équipe avec des joueurs« locaux »pendant les premières années. Il n’y avait pas d ‘«Européens». Passarella, ‘Burru et Valdano ne sont pas venus jouer non plus . Ils n’étaient pas non plus autorisés à venir. Avec tout cela, je veux vous dire que je ne me suis pas effacé. Que je n’ai JAMAIS retiré mon maillot de l’équipe nationale. Ne mentez pas aux gens. Ne laissez pas la quarantaine vous affecter. Parce que bien qu’à un moment donné je ne l’ai pas été, 10 seront toujours les miens. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *