Nouveau projet 8 1
dans

L’Équipe révèle le scandale Galtier : « Il a traité deux joueurs de King Kong… »

Par

le


Le journal « L’Équipe » détaille la procédure préliminaire contre l’ex entraineur du PSG, Galtier, qui est accusé de racisme et de discrimination fondées sur la race et l’ethnie.

Plusieurs mois après son licenciement du PSG et son départ pour le club qatari d’Al Duhail, Christophe Galtier sera jugé le 15 décembre pour « harcèlement et discrimination en raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une nation, une ethnie, une race supposée ou une religion déterminée » lors de son passage à l’OGC Nice (2021-2022). Le journal L’Équipe, dans son édition du mardi, a détaillé la procédure, avec des témoignages de joueurs et des salariés du club niçois, qui ont porté des accusations très graves à son encontre.

Galtier ne voulait plus de musulmans dans son équipe

L'Équipe révèle le scandale Galtier : "Il a traité deux joueurs de King Kong…"

Tout a débuté la saison dernière, lorsque RMC Sport et le journaliste Romain Molina détaillent un mail de Julien Fournier, ancien directeur sportif de Nice, accusant Galtier de se plaindre du nombre de musulmans dans l’équipe. Selon Fournier, Christophe Galtier, par la voix de son fils, était agacé par le nombre de musulmans dans l’équipe.

Le scandale éclate au grand jour et des enquetes sont ouvertes, accusant l’ancien entraineur du PSG de discrimination. Si Galtier a fortement démenti, et nie aujourd’hui, les témoignages révélés par L’Équipe pourraient conduire à une condamnation à trois ans de prison, ainsi qu’à une indemnisation de 45.000 euros. Selon Frédéric Goria, l’adjoint de l’entraineur niçois, ce dernier se serait plaint de la signature de l’Algérien Bilal Brahimi en janvier 2022. « Encore un musulman, je n’en veux plus, on en déjà assez« , aurait déclaré Christophe Galtier.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

Goria, à son tour, a affirmé que Galtier, se référant à Atal et Boudaoui, les joueurs algériens de Nice, les avait appelés « les pires« , parce que, pour lui, « les Algériens sont les plus extrémistes ». La procédure judiciaire, à laquelle L’Équipe a eu accès, contient une accusation très grave à l’encontre de Galtier. Selon Hachim Ali Mbaé, membre de son staff à Nice, Galtier aurait utilisé l’insulte raciste « King Kong » pour désigner deux joueurs stéphanois, Mickaël Nadé et Harold Moukoudi, lors d’un match de l’équipe azuréenne lors de la saison 2021-2022.

Mbaé, à son tour, a informé les autorités, au cours de leurs enquêtes, que l’ancien entraineur de Nice aurait refusé de signer l’attaquant algérien Islam Slimani. Les raisons invoqués par l’entraineur français étaient que sa participation à la Coupe d’Afrique des Nations 2022 affecterait la saison du club et que le Ramadan, période de jeûne chez chez les musulmans, réduirait ses performances. Todibo, un ancien joueur de Barcelone actuellement dans le club français, affirme que Galtier les a forcés à rompre leur jeûne pendant le Ramadan. Un témoignage confirmé par deux autres footballeurs musulmans, Hicham Boudaoui et Teddy Boulhendi. Pablo Rosario, milieu de terrain, a déclaré à la police qu’il s’était senti discriminé, ce qui l’avait amené à le jeûne.

Galtier ne voulait plus de musulmans dans son équipe

L’Équipe, enfin, rapporte que la seule trace de toutes les accusations portées contre Galtier est un courriel qu’il a envoyé à Fournier, le directeur sportif de Nice, pour lui signaler que Bilal Brahimi ne figurait pas dans le groupe pour affronter Rennes, ce à quoi Fournier a répondu : « j’espère qu’il n’a pas été décommandé à cause du ramadan ». Galtier a ensuite affirmé qu’il n’avait « jamais eu de problème avec un joueur religieux » et a donné l’exemple du titre de Ligue 1 qu’il a remporté avec Lille en 2021, qui comprenait des joueurs turcs musulmans comme Burak Yilmaz, qui l’a fermement défendu sur les réseaux sociaux lorsque le scandale a éclaté.

L’audience, qui aura lieu le 15 décembre, place Galtier dans une position compromettante. L’entraineur d’Al Duhail et son entourage nient fermement devant les médias les faits qui lui sont reprochés et réaffirment leur attachement aux valeurs d’égalité avec lesquelles il a développé sa carrière sportive. L’entraineur français, âgé de 57 ans, a déjà défendu son innocence à plusieurs reprises et compte bien continuer à le faire lors d’un procès qui sera médiatisé dans toute la France.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *