Puyol : « Ce défenseur africain était une référence pour moi »

Carles Puyol, ce nom résonne comme l’un des plus emblématiques de l’histoire du football espagnol. Puyol, c’est aussi une histoire avec un seul club, le FC Barcelone. Le légendaire défenseur catalan est arrivé à la Masia à l’âge de 17 ans, en 1995. Il jouera son premier match en équipe première sous les ordres du technicien néerlandais, Louis Van Gaal, le 2 octobre 1999, lors d’un match de championnat. Van Gaal avait remarqué le talent et surtout la personnalité du défenseur. Le jeune homme va très vite s’imposer dans l’effectif blaugrana.

A cet instant, Puyol ne le savait pas encore, mais il allait devenir une véritable icône du Barça. En tout, Carles Puyol aura évolué durant 15 saisons à Barcelone. 15 saisons, marquées de plusieurs succès phénoménaux, avec notamment 3 Ligues des Champions. Il mettra un terme à sa carrière de footballeur en 2014. En Catalogne, le défenseur central avait un style qui lui était propre. L’ancien capitaine du Barça était vu comme le guerrier par excellence, celui qui était prêt à se sacrifier pour son équipe. Il n’abandonnait jamais et il était doté d’une incroyable intelligence de jeu.

Guerrier dans l’âme

Avec son physique modeste (1m78), Carles Puyol était un extraordinaire stoppeur, il était quasiment impossible de gagner un duel face au guerrier car il avait toujours une longueur d’avance. Son tempérament et son impact dans le jeu, lui ont ouvert les portes de la sélection  espagnole à 100 reprises. Il est l’un des joueurs phares de la fabuleuse génération de la Roja qui a dominé le football  mondial dans les années 2010. L’ancien international espagnol a à son actif, 2 championnats d’Europe (2008 et 2012) et une Coupe du monde (2010). 

Lire aussi
Affaibli et sous pression, Thibaut Courtois perd trois kilos

Le défenseur espagnol était d’une efficacité redoutable dans les airs, durant sa longue carrière, la quasi-totalité de ses buts ont été inscrits de la tête. Travailleur acharné, Puyol donnait toujours le meilleur de lui même quand il était sur le terrain, il n’hésitait pas à tempêter sur ses coéquipiers pour les galvaniser. Respecté par ses pairs, il est désormais un des monuments du football espagnol. Après avoir raccroché les crampons, Carles Puyol a intégré l’organigramme du bar ça qu’il quittera quelque temps après, pour se consacrer à d’autres activités. Il est régulièrement sollicité par des médias sportifs afin qu’il puisse livrer son expertise sur les grands rendez-vous du football. En 2015, Carles Puyol avait rechaussé les crampons le temps d’un match caritatif à Barcelone.

Rigobert Song, cette référence

A la fin de la rencontre, il fut questionné sur sa glorieuse carrière et son caractère particulier qui le distinguait des autres sur le terrain. Il s’exprimera sur la mentalité des jeunes défenseurs et à dresser les louanges d’une légende africaine du football, l’ancien défenseur international camerounais, Rigobert Song. Selon Puyol, Rigobert Song était l’incarnation de l’autorité naturelle sur le terrain. Puyol dira par ailleurs, qu’il s’est inspiré du trait de caractère si particulier de l’ancien capitaine des Lions indomptables.« J’ai beaucoup admiré Rigobert Song, il était une vraie référence pour moi. Rigobert dégageait une aura et un charisme exceptionnel. Au cours d’un match, il pouvait déstabiliser ses adversaires par son simple regard. Je l’aimais trop (rires). J’ai encore en mémoire son altercation avec Oliver Kahn lors de la coupe du monde 2002, où il n’a pas sourcillé et à regarder droit dans les yeux Kahn, c’était un moment impressionnant. Il fallait vraiment avoir du culot à l’époque pour tenir tête à Oliver Kahn. En fait, Song et moi, on a la même approche du football. On utilise le mental à 200%, j’imagine ce qu’on aurait pu faire si on avait eu la possibilité de jouer ensemble. »

Lire aussi
Liverpool peut-il continuer son parfait départ en Premier League?

Voici les africains les plus nommés au Ballon d’Or ➔

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *