Zidane sur son idole d’enfance : « J’ai dormi avec son maillot à côté de ma femme qui pensait que j’étais fou »

Advertisements

L’un des meilleurs du monde Zinedine Zidane avait aussi un idole d’enfance comme tout le monde. La légende française a récemment accordé une interview au média Français l’Equipe sur ses 50 ans. Le champion du monde 1998 en n’a profité pour évoquer plusieurs sujet et dont son idole d’enfance.

Advertisements

Pour Zidane, Enzo Francescoli était tout, l’actuel manager de river plate est l’idole d’enfance de Zidane. Dans son interview, Zidane a raconté plusieurs anecdotes sur son idole l’uruguayen Enzo Francescoli.

 » Enzo Francescoli était mon idole. Il analysait tout ce qu’il faisait. J’ai dû le refaire sur le terrain et je me suis entraîné jusqu’à ce que je l’obtienne. Je pense que je suis devenu comme lui. Mon rêve d’enfant était de dormir avec un maillot d’Enzo », a déclaré Zidane en première instance en dialogue avec L’Equipe.

Zidane a eu la chance de croiser son idole sur le terrain lors de la finale intercontinental en 1996 au Japon, ou la Juventus de Zizou avait battu le River Plate Enzo Francescoli 1-0.

« Là on a échangé des maillots, j’avais beaucoup parlé de lui dans mes précédents entretiens. Enzo m’a apporté son maillot après le coup de sifflet final malgré la défaite de son équipe, mais je n’avais pas encore réalisé mon rêve. Ce même après-midi je suis rentré à Turin , j’ai lavé le T-shirt et j’ai dormi avec à côté de ma femme qui pensait que j’étais fou. J’ai pu réaliser mon rêve d’enfant » , ajoute Zidane.

Zidane a donne le nom de son idole à son premier fils Enzo Zidane, une manière d’honorer son idole d’enfance. « Il s’appelle Enzo en son honneur. Il est vraiment grand, fort. Donc je comprends les gens qui s’identifient à lui, qui veulent tout faire et réussir, devant leurs exemples, leurs idoles. J’y suis passé », a-t- il expliqué.

Publicité
Advertisements

2 thoughts on “Zidane sur son idole d’enfance : « J’ai dormi avec son maillot à côté de ma femme qui pensait que j’étais fou »

Laisser un commentaire