Connect with us

Premier League

Jean Michael Seri et Anguissa en grand danger !

Published

on

Pour un promu on ne peut être plus ambitieux que Fulham. En effet les Cottagers ont investi pas moins de 100 millions d’euros sur le marché des transferts. Un chiffre astronomique qui permet au promu d’afficher d’ores et déjà un statut de trouble-fête en Premier League. Encore faut-il avoir les moyens de cette ambition. Le championnat anglais n’est pas le plus compliqué au monde par hasard, une autre preuve s’il en en fallait une. Dans cet horizon obscur que traverse l’actuelle lanterne rouge de PL, Jean Michael Seri et Zambo Anguissa (le transfert qu’on qualifie d’arnaque du siècle, acheté 30M€) sont sujets de critiques récemment. Notamment le second cité qui ne justifie pas pour le moment un montant aussi exorbitant. C’est tout à fait logique que les dirigeants attendent un retour sur investissement des deux jeunes joueurs. Anguissa est en dessous de ses standards habituels avec de piètres performances qui font beaucoup parlé. Son acolyte du milieu Jean Michael Seri n’y échappe pas non plus.

​En bon dernier du championnat, Fulham reste sur six défaites de rang sur ses sept dernières sorties. Pire, cette semaine face à Huddersfield dans le duel de mal classés, le club londonien a cadré une seule frappe. Autant vous dire, on s’ennuie à voir cette équipe évoluer tant la réalité est différente des aspirations affichées. Nos deux représentants africains paient le prix fort de leur baisse de régime.

Seri tient la baraque, Anguissa méconnaissable…

On le sait en football, quand tout marche les attaquants récoltent les lauriers et attirent la gloire, les joueurs de « l’ombre » étant rarement magnifié pour leurs travaux non moins importants. C’est forcement dans cette logique que les deux sont pris à partie par des critiques. Si Seri, lui, tente bien que mal de surnager au milieu, Anguissa de son côté n’est que l’ombre de lui-même, traversant les matchs tel un fantôme. Ses statistiques en championnat sont on ne peut plus alarmantes. En onze journées de championnat, le camerounais a participé à neuf rencontres, seulement cinq en tant que titulaire dans le onze de Slavisa Jokanovic. Le niveau dans lequel il excellait à Marseille notamment dans la récupération en grattant énormément de ballons lui fait défaut également cette saison. Il ne réussit en moyenne que 1,1 interceptions par match et ne remporte que la moitié de ses duels (49%). On pourrait jouer la carte de l’adaptation pour expliquer cette méforme mais des contre-exemples ne manquent pour contredire cette théorie. Des joueurs tels que Salah, Mané et même Keita ont parfaitement réussi leur première saison outre Manche.

Loin du Seri de Nice…

Il n’a beau être un cran au dessus de ses coéquipiers, le milieu ivoirien n’échappe pas non plus aux torrents de reproches faites sur le jeu des Cottagers. En bon détonateur du jeu, capable de casser des lignes entières et de mettre ses attaquants dans des dispositions idoines, les qualités qu’on lui connaissait tardent à se faire au rigoureux jeu anglais. On est très loin du Jean Michael Seri qui, un temps fut ciblé par le grand Barça. Clé de voûte du système de Slavisa , l’ivoirien a disputé la quasi totalité des matchs (c’est d’ailleurs l’un des joueurs le plus utilisés cette saison en Premier League). Doté de qualités intrinsèques indéniables, l’ancien de Nice est capable de hausser son niveau de jeu, surtout quand il est mis dans de bonnes dispositions. C’est dans ce sens qu’un repositionnement au cœur même du jeu, délaissé des tâches défensives, lui serait sans doute très bénéfique.

Zambo et Seri étaient conscients du risque encouru en s’engageant en faveur d’un promu aussi ambitieux soit le projet mis en place. Même s’ils sont dans une mauvaise et que le club traverse une crise sans précédent, ils ont les qualités pour renverser la spirale car la saison reste encore longue. La marque de fabrique des grands c’est de savoir garder une motivation sans faille dans de pareilles circonstances ce qui serait sans doute le cas avec eux.

Birane BASSOUM

"Certaines personnes pensent que le football est une question de vie ou de mort. Je trouve ça choquant. Je peux vous assurer que c'est bien plus important que ça." Un passionné qui déverse démesurément sur la toile son amour du foot africain, mon terrain de prédilection !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui