Connect with us

Foot Africain

Le nouveau « Messi » et « Ronaldo » sur le point d’échapper à l’Afrique !

Published

on

Ils jouent dans des pays différents, dans des registres différents et ont des styles différents. Absolument tout semble les opposer mais ils sont tellement identiques. Âgés respectivement de 15 et 13 ans, Karamoko Dembélé et Youssoufa Moukoko sont des surdoués du ballon rond, deux génies comme on en voit rarement. L’Afrique devra une nouvelle fois se résigner. Comme Zinedine Zidane, Paul Pogba ou encore Leroy Sané, le continent noir est en passe de perdre deux des plus belles promesses de son football. 

 

Des étoiles appelées à briller, le football en a connu des centaines mais celle-là est si spéciale qu’elle est déjà comparée à l’une des plus illustres d’entre elles, le génial argentin du FC Barcelone Lionel Messi. Une comparaison certes très flatteuse mais qui est loin d’être ridicule tellement Karamoko Dembélé est prodigieux.  Indécent de facilité technique, la pépite de Glasgow peut malgré son très jeune âge décider du sort d’une rencontre. Sa capacité à éliminer, sa rapidité balle au pied, sa vision de jeu phénoménale et sa façon de se mouvoir rappellent les plus glorieuses années de Messi à la Masia.

Né en Angleterre, originaire de la Côte d’Ivoire et ayant grandi en Ecosse, Karamoko Dembélé aura certainement l’embarras du choix au moment de décider de sa future carrière internationale. Les trois nations mettent déjà tout en œuvre pour enrôler le jeune prodige. Même s’il est déjà appelé avec les U16 de l’Angleterre et qu’il a aussi jouer avec ceux de l’écosse, Karamoko Dembélé peut toujours à l’avenir opter pour les éléphants de la Côte d’ivoire. En attendant, le jeune phénomène continue de porter son fardeau et l’assume déjà avec brio car n’est pas comparé à Messi qui veut.

Youssoufa Moukoko, le Ronaldo camerounais 

La pépite de Dortmund est un phénomène de précocité. Surclassé en U17 alors qu’il n’a que treize ans, il pulvérise les records au point d’émettre des doutes sur son âge (30 buts et 4 passes décisives en 16 matches joués), un ratio totalement fou pour un gamin qui joue hors catégorie. Le natif de Yaoundé a également réussi l’exploit d’être appelé en équipe nationale allemande des moins de 16 ans. C’est un avant-centre tout ce qu’il y’a de plus complet : rapide, technique, explosif et surtout clinique. Intelligent dans ses déplacements et tranchant dans ses appels, il est d’une efficacité redoutable devant les buts, tout comme un certain Cristiano Ronaldo.

Le Cameroun se retrouve face à une concurrence de taille et c’est un dossier qui n’est pas sans rappeler celui de Leroy Sané. Le père du joueur de Manchester City, Souleymane Sané a été international sénégalais mais lorsque le moment fut venu pour son fils de faire son choix, le Sénégal a été relégué au second plan. L’Allemagne n’est pas un pays comme les autres en Europe. Renoncer à la sélection c’est perdre la nationalité d’office. Moukoko est né à Yaoundé. Le Cameroun a donc des arguments à faire valoir mais le dossier est loin d’être évident surtout pour un joueur avec un si grand talent.

Dembélé et Moukoko ne sont pas les premiers talents africains à se retrouver dans une telle configuration et ils ne seront certainement pas les derniers. La fuite des cerveaux est une réalité, la fuite des talents aussi. C’est triste pour notre football, c’est surtout triste de le reconnaître mais une reconnaissance à la hauteur de leur qualité, il l’auront sûrement pas en optant pour la Côte d’Ivoire ou le Cameroun.

Ghaly Wane 

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui