Connect with us

Foot Africain

Les sélections africaines doivent-elles continuer à séduire les binationaux?

Published

on

Sur le plan footballistique, le continent africain regorge de nombreux talents. Cependant, faute d’infrastructures adéquates, de manques d’accompagnement, d’absence de réelle politique sportive, nombreux sont ces jeunes talents du foot qui ne parviennent pas à faire carrière. Dans de trop nombreuses sélections africaines, on met tous les moyens à la disposition de l’équipe A, oubliant les petites catégories que sont les U23, les U17. Or que, ce sont les joueurs de ces petites catégories qui devront constituer le noyau de l’équipe senior. Les nations africaines se focalisent plus sur leur sélection senior, oubliant qu’à un moment donné, certains seniors prendront leur retraite et laisseront un grand vide, car il n’y a pas eu de renouvellement. Résultat, des pays africains tombent en déclin et doivent refaire un travail important pour retrouver les sommets.

Ces dernières années, un constat a été fait dans la plupart des équipes africaines. Face à l’insuffisance de talents et au vieillissement de certains cadres, des nations du continent font tout leur possible pour attirer les binationaux. Ces joueurs qui ont des origines africaines, mais qui possèdent la nationalité d’un pays de l’Occident. Ces joueurs qui ont la double nationalité, peuvent opter de jouer soit pour leurs pays d’origine soit pour le pays où ils sont établis. La plus forte concentration de binationaux en ce qui concerne l’Afrique se trouve en Europe, dans des pays comme la France, la Belgique, la Suisse, l’Italie etc. Ces joueurs font toutes leurs classes dans les petites catégories européennes. C’est au moment de franchir la dernière marche que ça devient compliqué pour certains de ces joueurs, car en équipe première la concurrence est rude et souvent, ils n’arrivent pas à franchir les portes de la sélection senior. C’est là que nos sélections nationales sautent sur l’occasion pour tenter d’attirer ces binationaux. Cependant, ces derniers qui prennent en comptent plusieurs facteurs sont souvent réticents à l’idée de venir jouer pour leurs pays d’origine. C’est alors que les instances des fédérations africaines sortent le grand jeu pour convaincre à tout prix ces joueurs de choisir leurs pays d’origine. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour y arriver. En Afrique, les structures décisionnelles du football considèrent trop souvent le binational comme le Messie qui va venir tout arranger. L’arbre ne doit pas cacher la forêt comme le dit le dicton.

Travailler et former de bons joueurs sur le continent

Il est indéniable que les binationaux peuvent apporter beaucoup au sein des sélections africaines. Par leurs vécus, ils peuvent apporter des expériences nouvelles au sein des équipes du continent. Cependant, il faut que les fédérations africaines, en collaboration avec les ligues de football locales, les dirigeants de clubs et les autres structures footballistiques fassent un véritable travail en amont. L’accent doit être mis sur la formation. Il faut détecter les jeunes talents, les accompagnés et leur offrir un cadre idéale pour qu’ils puissent exprimer tout leurs potentiels. Si cela est fait, il y aura une base solide et de jeunes joueurs talentueux vont émerger sur le plan local. Les sélections de jeunes entreront ensuite en lice pour flairer les jeunes talents les plus prometteurs afin qu’ils gagnent de l’expérience en participant à des tournois sur le plan continental et international. Dès lors, la question du renouvellement des cadres en équipe A ne va plus se poser. Des nations africaines avaient très vite compris qu’il fallait faire confiance aux joueurs locaux. On peut prendre en exemple la Zambie, qui en 2012 remportera, la Coupe d’Afrique des Nations  avec un effectif composé essentiellement de joueurs issus du cru. L’Égypte, qui a dominé pendant de nombreuses années le football continental, avait adopté la même politique avant de voir les choses changées suite à une longue période d’instabilité politique.

Les sélections africaines doivent comprendre que pour réussir en football, il faut avoir de la vision. Il faut se projeter sur le long terme et arrêter de tâtonner à chaque fois. On remarque trop souvent que lorsqu’il y a une compétition internationale (Coupe du monde, CAN), les sélections vont  » à la chasse aux binationaux » pour tenter de faire bonne figure lors de ces compétitions. Malheureusement, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Il faut donc mettre en place des politiques qui permettront de dénicher des talents sur place et les préparés afin qu’ils soient des relais auprès des sélections nationales. Les binationaux seront toujours les bienvenus dans les sélections africaines. N’oublions pas un fait. Fréquemment, les binationaux considèrent les sélections de leurs pays d’origine comme une porte de sortie lorsqu’il ne trouve pas de place dans leur deuxième pays. La priorité est donc ailleurs pour eux. Donc, les pays africains doivent d’abord travailler à avoir des bases solides et si besoin en est, faire appel aux binationaux dans le but de renforcer et d’élargir le champ de capacités des équipes.

Amos Traoré

Je suis un grand féru de sport. J'aime commenter et analyser l'actualité sportive. Je souhaite apporter ma modeste contribution, afin que nous réussissions à transmettre la fibre sportive à un maximum de personnes. Mon sportif de légende, Lance Armstrong

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui