Connect with us

Debats

Modric ballon d’or grâce à Iniesta ?

Published

on

Le football de haut niveau réserve rarement de grosses surprises. Les cadors sont quasiment toujours sacrés champions, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo se partagent le Ballon d’Or et ces logiques routinières sans grande concurrence se répètent inlassablement saison après saison. Et puis, parfois, un fait déjoue tous les pronostiques et permet aux amoureux du ballon rond de rêver les yeux grands ouverts. D’offrir à ce sport un brin d’émotion. Personne n’avait vu venir celui-ci et pourtant c’est bien un joueur de 33 ans, milieu de terrain qui plus est, qui est en passe de mettre fin à l’hégémonie du duo Messi-Ronaldo. Une décennie de règne sans partage, les rois extraterrestres vont sauf miracle céder leur couronne, non pas aux héritiers désignés mais à un homme logiquement taillé sur mesure et légitimement fabriqué de toute pièce parce que le football est bien décidé à se racheter une conscience. 

Des superstars, le football en a connu des centaines mais celles de la trempe de Messi et Ronaldo, on en verra pas de si tôt. Au delà de leur talent indéniable et de leurs statistiques à donner le tournis c’est surtout et par dessus tout leur constance au plus haut niveau qui est fascinant. Maintenir de tels standards une décennie durant force le respect et justifie l’admiration qu’on leur voue. Ils ont tellement repoussé les limites de l’extraordinaire que pour un joueur avec des aspirations élevées, être leur contemporain peut être une bénédiction et une malédiction à la fois. Ils prennent toute la lumière alors que parfois les projecteurs devraient être braqués ailleurs, sur les artistes qui se sacrifient derrière, organisent et fluidifient le jeu pour permettre aux deux géants de réciter devant leurs plus belles partitions. Comment expliquer alors qu’un joueur comme Iniesta qui a tout gagné, a été aussi essentiel qu’exemplaire n’ait jamais réussi à remporter le plus prestigieux des trophées individuels ? le ballon d’or, la récompense suprême.

Le cas Iniesta, l’anomalie qui nous rattrape ! 

Durant la saison 2009-2010, le FC Barcelone de Pep Guardiola, Lionel Messi et Andrès Iniesta réalise la plus belle saison de l’histoire du football, une saison au terme de laquelle, ils auront remporté un sextuplé inédit en pratiquant un football époustouflant de facilité et d’aisance technique. Un homme symbolisait parfaitement cette maîtrise. Rayonnant dans l’entre-jeu aux côtés de Xavi Hernandez, Andrès Iniesta était au sommet de son art. Le maestro était pratiquement à la genèse de toutes les actions de classe que réalisait son équipe. C’est également lui qui d’une frappe limpide imparable à l’entrée de la surface a permis à la formation catalane de se sortir d’un match très compliqué face à Chelsea en demi finale de ligue des champions. Et comme un symbole, c’est encore Iniesta qui va quelques mois plus tard marquer l’unique but en finale de coupe du monde face aux Pays-Bas pour offrir à la Roja sa première étoile internationale. Un sextuplé avec le Barça, une coupe du monde avec l’Espagne et des louanges venues de tout bord, l’espagnol avait tout pour lui et pourtant c’est bien son coéquipier Lionel Messi qui va remporter le ballon d’or cette année-là. Le football fait parfois mal les choses mais prend souvent un malin plaisir à se racheter. Justement c’est le retour de bâton auquel nous assistons actuellement.

Modric à tort et à raison malgré Ronaldo et Varane ! 

Luka Modric puisque c’est de lui qu’il s’agit a réalisé une saison magnifique. Vainqueur de la ligue des champions avec le Real Madrid, le croate a également brillé en coupe du monde, compétition dont il est le vice-champion. Ses prestations de très haute facture lui ont permis d’être sacré meilleur joueur du tounoi mais Luka Modric a gagné plus que ça en Russie. Le petit Mozart a réussi à mettre le monde du football dans sa poche séduit par le talent et la classe du magicien. Et depuis tout lui réussit. Il d’abord été élu joueur UEFA de l’année, une récompense plutôt incompréhensible étant donné que son principal concurrent Cristiano Ronaldo a pesé de tout son poids dans le sacre du Real en C1. Il a ensuite été désigné joueur FIFA de l’année, un trophée logiquement glané que personne ne peut lui contester. Modric nage toujours dans son aura et sa bonne coupe du monde et il a le ballon d’or en ligne de mire. Et même s’il ne remplit pas tous les critères, il pourra toujours compter sur le soutien conditionné de la presse internationale et le plébiscite pavlovien de ses pairs footballeurs. Pourtant quand on regarde de plus près, on ne voit pas vraiment en quoi Luka Modric peut être plus légitime qu’un Raphael Varane. Le jeune français est titulaire indiscutable au sein de l’équipe championne d’Europe et de l’équipe championne du monde. De plus il a joué la quasi totalité des rencontres et a livré des prestations plus qu’abouties en ayant été décisif à plusieurs reprises. Il en est de même pour Crstiano Ronaldo. Même si le portugais a vu son aventure russe s’arrêter en huitième de finale, il a lui aussi réalisé une très belle saison et s’est offert comme à son habitude beaucoup de records. Lionel Messi mériterait lui aussi de terminer sur la plus haute marche du podium mais l’idée Modric ballon d’or est tellement encrée dans l’esprit collectif qu’il serait quasi impossible de voir un autre joueur lui ravir la vedette le 03 décembre prochain.

Luka Modric est donc bien parti pour remporter le premier ballon d’or de sa riche carrière à 33 ans. L’histoire est belle mais elle nous montre surtout que le football est revanchard et cette distinction est en quelque sorte un hommage bien appuyé à tous ces artistes de l’ombre longtemps barrés par la concurrence. Modric ballon d’or c’est aussi une sorte de rédemption, limite un aveu de culpabilité. Le football devait un ballon d’or à Iniesta et il le donnera finalement à celui qui se rapproche le plus du virtuose Barcelonais : Un joueur de très grand talent, un virtuose du ballon, magnifique sur le terrain, humble en dehors et avec une classe infinie : Luka Modric.

Ghaly Wane

 

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui