Connect with us

Ligue des champions

Pourquoi les africains vont moins briller cette saison en Ligue des Champions ?

Published

on

Si la célèbre assertion de Gary Lineker devait être reprise en Europe ces dernières années, ce serait : « La ligue des Champions est la reine des compétitions européennes. C’est un tournoi très simple ou 32 des équipes les plus prestigieuses du continent se disputent une coupe aux grandes oreilles pendant des mois et à la fin c’est toujours le REAL MADRID qui gagne ». Treize fois vainqueur de la compétition et triple championne en titre, la maison blanche est tout bonnement intraitable sur la scène continentale et dans son sillage, les favoris au sacre final se comptent sur les doigts d’une main. Ce qui est regrettable, c’est que très peu d’Africains évoluent actuellement dans ces clubs de grande envergure et cela devient naturellement très difficile pour ces joueurs-là de soulever la C1. 

Le Real Madrid a remporté quatre des cinq dernières ligue des champions et en 2015 l’honneur était revenu au Barça. Le Bayern Munich est la dernière équipe non espagnole à soulever la C1 et avant elle c’était le Chelsea de Roman Abrahamovic et de l’ivoirien Didier Drogba. Entre temps, la Juventus du marocain Mehdi Benatia et l’Atlético de Madrid du ghanéen Thomas Partey ont joué deux finales mais n’ont pas pu décrocher le précieux sésame, tous deux ayant la malchance de tomber sur le Real ou le Barça. La C1 est le trophée le plus convoité d’Europe. C’est pourquoi saison après saison, des clubs investissent des moyens colossaux pour se rapprocher davantage de ce qu’ils considèrent comme le titre suprême. Le Paris Saint-Germain et Manchester City en sont les exemples les plus récents. Entre transferts absolument indécents et des équipes taillées sur mesure, ils mettent tous les atouts de leur côté pour parvenir à leur fin. Pour se faire, ces clubs investissent des sommes vertigineuses sur des joueurs à même de concrétiser leur rêve et étant donné que les joueurs africains, aussi forts soient-ils sont très sous-côtés sur le marché des transferts, ils trouvent difficilement leur place dans ces clubs.

Parce qu’ils n’évoluent pas au sein de grosses cylindrées européennes

Quand on est africain et qu’on évolue dans le haut niveau, on a le sentiment de devoir faire deux fois plus que les autres pour être reconnu à sa juste valeur. La semaine dernière on expliquait dans un nos articles pourquoi Sadio Mané était sous-côté. Le sénégalais avait beau réalisé une saison exceptionnelle avec des statistiques honorables mais lorsque le moment fut venu pour le Barça de chercher un renfort offensif, ils ont privilégié la piste menant au brésilien Philippe Coutinho. Depuis Samuel Eto’o et Didier Drogba, le continent noir ne dispose plus de cette classe de joueurs capables de s’affirmer et de s’imposer dans n’importe quel dispositif européen. En 2009 et fraîchement promu au sein de l’équipe première du Barça, Guardiola avait voulu rapidement se séparer d’Eto’o mais le camerounais ne s’est pas laissé faire. Il s’est imposé comme titulaire indiscutable, a terminé meilleur buteur cette année-là et a permis à Guardiola de réaliser la plus belle saison de l’histoire du football. C’est ce caractère à la limite de l’arrogance qui manque fondamentalement à nos joueurs et c’est ce qui explique en partie leur absence dans les clubs de premier plan. Juste pour illustration, aucun footballeur africain ne joue à l’heure actuelle au Real Madrid, au FC Barcelone et au Bayern Munich soient les trois prétendant au titre. Mehdi Benatia à la Juve, Riyad Mahrez à Manchester City, Thomas Partey à l’Atlético de Madrid, Choupo-Moting au PSG et le contingent africain de Liverpool en sont les rares exceptions. Et même parmi les joueurs que nous avons cité seuls Sadio Mané, Mohamed Salah et Naby Keita dans une moindre mesure peuvent prétendre à une place de titulaire dans leurs clubs respectifs.

Parce que les grands habitués ne seront pas au Rendez-vous 

Un autre facteur est également à pendre en compte, l’absence notable des éternels habitués. On pense notamment à Pierre-Emerick Aubameyang. Le gabonais arrivé cet hiver à Arsenal n’est pas qualifié en ligue des champions, une compétition qu’il avait l’habitude de disputer avec Dortmund. L’attaquant était même habitué à briller comme en témoigne ses buts face au Real Madrid. Yaya Touré parti à l’Olympiacos et Emmanuel Adébayor qui évolue actuellement en Turquie ne seront pas de la fête aussi. On ne verra pas non plus Seydou Doumbia, troisième meilleur buteur africain de la compétition derrière Eto’o et Drogba. Une autre absence de taille est également à noter, celle de Vincent Aboubakar. L’attaquant camerounais du FC Porto est actuellement blessé et à de très fortes chances de ne plus rejouer cette saison, lui qui avait fortement aider son club à sortir des phases de groupe la saison dernière.

Les amoureux du football africain savent désormais ce qui leur reste à faire. S’ils veulent voir briller leurs stars, il leur faudra être à fond derrière Liverpool car comme la saison dernière, les Reds de Mohamed Salah et Sadio Mané sont les seuls à même de griller la politesse aux éternels favoris. Avec des renforts de taille cet été dont notamment celle du talentueux Naby Keita, Klopp et ses hommes ont une carte à jouer et tout un continent pour les soutenir.

Ghaly Wane

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui