Connect with us

Divers

Pourquoi Luka Modric est l’ennemi public N°2 en Croatie !

Published

on

Nul n’est prophète en son pays, Luka Modrić en est la preuve récente. Leader incontournable d’une sélection croate auteur d’une remarquable Coupe du monde 2018, le milieu de terrain du Real Madrid est pourtant l’une des personnalités les moins appréciées du pays. Alors qu’il devrait être un héros national, il est plus proche du rôle de paria. Et même s’il envoie son pays en finale mercredi soir, l’opinion publique ne devrait pas bouger d’une once à son égard. La faute à une sombre affaire liée à son transfert du Dinamo Zagreb vers Tottenham, il y a dix ans de cela.

Le milieu de terrain est en effet cité comme témoin dans le procès de Zdravko Mamić, l’homme le plus puissant du football croate, ancien président exécutif du Dinamo (2013-2016). Ce dernier n’est autre que le mentor de Modrić. Au début de sa carrière, le Merengue reçoit le soutien financier de Mamić en l’échange de quoi, il promet de partager ses revenus futurs. Ce qui se concrétise en 2008 lorsque Tottenham débourse 21 millions d’euros pour s’offrir le petit prodige. Malin, Mamić aurait négocié à l’époque avec les Spurs que l’argent soit partagé entre le Dinamo et le joueur. Sauf que ce contrat aurait été passé après la vente effective et serait donc illégal. Modrić aurait quand même récupéré 10,5 M€ mais n’en aurait gardé que 2 M, le reste allant à Mamić.

MODRIC, L’AMNÉSIQUE

Mais ce qui vaut mauvaise presse à l’international croate, c’est sa volte-face au cours de la procédure. Alors que pendant l’enquête il confirme que ce contrat a bien été passé après la vente effective, il change de discours à la barre, devant les tribunaux. En juin 2017, quand le procureur Tonči Petković lui rappelle ses propos, il est mal à l’aise et demande à ce qu’on répète et ce devant caméras et micros. Avant de déclarer en bégayant à moitié : « Cela… Cela je ne l’ai jamais dit… Cela (ces déclarations)… Cela a été modifié après coup. Je vous dis que je me rappelle pas quand cela a été fait. Je parlais du contrat entre Mamić et moi pour le partage de l’indemnité. » De son côté, Mamić ne nie plus, il se contente de dire qu’il n’y a rien d’illégal dans la manœuvre.

L’amnésie de Modrić a irrité les fans de foot en Croatie puisque Mamić est vu comme « l’ennemi public numéro 1 du football croate », comme l’expliquait récemment The Independent. Son influence est absolument spectaculaire et dépasse même le simple cadre du football. En témoigne le déplacement du procès de Zagreb vers Osijek, Mamić ayant des amis juges dans la capitale. Celui ci est d’ailleurs tellement détesté qu’un passant l’a agressé au printemps 2017, le blessant à la tête. Modrić en fait logiquement les frais. Surnommé « le distributeur automatique de Mamić », pour avoir multiplié les allers-retours à la banque afin de lui donner ses 8,5 M€ en billets de banque, Modrić est devenu depuis une figure méprisée en Croatie.

Quelques jours après son témoigne à la barre, une banderole apparaît à l’entrée d’un hôtel de Zadar, endroit où la famille Modrić a vécu comme réfugiée de guerre pendant les années 90 : « Luka, tu te rappelleras de ce jour », histoire qu’une nouvelle amnésie ne survienne. Les fans de foot croates savent appuyer là où ça fait mal. En mars dernier, Modrić a d’ailleurs été inculpé pour parjure devant la cour, il risque de six mois à cinq ans de prison.

 

Ohmygaol

Journaliste reporter Sportif béninois, spécialisé dans le sport africain, j’ai un gros faible pour Samuel Eto’o, Didier Drogba, Jay Jay Okocha et Caster Semenya.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui