Connect with us

Foot Africain

Pourquoi Max-Alain Gradel en veut au PSG ?

Published

on

Max-Alain Gradel n’est pas du tout fan du PSG et c’est le moins que l’on puisse dire. L’attaquant ivoirien ne rate pas une occasion pour s’en prendre au cub de la capitale. On se souvient encore de son coup de sang en fin de saison dernière lorsqu’il a accusé les joueurs parisiens d’avoir joué volontairement avec le frein à main face à Caen alors concurrent direct du club toulousain pour le maintien en ligue 1. Dans une interview accordée à France Football, le natif d’Abidjan a livré un témoignage qui en dit long sur son réel sentiment envers le Paris Saint-Germain.

Max Alain-Gradel aurait pu porter les couleurs du Paris Saint-Germain lors de ses plus jeunes annés. Alors qu’il évoluait au club de Championnet Sport dans le 18e arrondissement parisien, l’ivoirien a eu l’occasion d’effectuer des tests au sein du club de la capital. Il se souvient encore comment un des recruteurs a totalement brisé ses rêves. « Je faisais un test au PSG. Au bout de dix minutes, après une bonne prestation, des petits ponts, des frappes, le recruteur m’appelle, me demande mes coordonnées et me dit : « Ça ne sert à rien de finir le match, ce que vous avez montré est concluant. » Je suis content ! À la fin, lorsque les joueurs retenus sont convoqués, mon nom n’est pas cité. Le recruteur me dit : « C’est la démocratie. J’ai voté pour vous, mais d’autres en ont décidé autrement. » J’étais très énervé. Si on m’avait laissé terminer la rencontre, peut-être que les autres recruteurs auraient vu mes qualités. J’étais amer. »

La carrière de Gradel aurait donc pu prendre une toute autre tournure et c’est avec une grande amertume que l’attaquant toulousain est revenu sur cet épisode malheureux qui l’aura profondément touché. En 2011, après sa très brillante saison sous les couleurs de Leeds United en deuxième division anglaise, le joueur de 30 ans a de nouveau eu l’opportunité de jouer en rouge et bleu mais une fois encore le destin va lui jouer un mauvais tour. Alors que les négociations étaient sur le point de se concrétiser, les Qataris débarquent à Paris avec un ambitieux projet et veulent des noms plus ronflants.  « En 2011, après ma bonne saison à Leeds, Alain Roche me contacte, mais au dernier moment, ça ne s’est pas fait, car les Qataris arrivaient. Ils ont annulé tous les dossiers. Du coup, quand je joue Paris, je n’ai pas la haine, mais j’ai envie de leur montrer le joueur que je suis. »

Le champion d’Afrique 2015 aura donc l’occasion de joindre les paroles aux actes le 24 novembre prochain. Toulouse ira défier le PSG au parc des princes dans le cadre de la 14e journée de Ligue 1.

Ghaly Wane 

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui