Connect with us

Foot Africain

Que sont devenues ces pépites africaines formées à la Masia ?

Published

on

La Masia du FC Barcelone est probablement le centre de formation le plus prestigieux de la planète football. De Xavi à Lionel Messi en passant par Andrès Iniesta, la masia a formé d’innombrables talents devenus des icônes mondiales du ballon rond au cours des dernières décennies. Elle a même été la base aboutie et quasi parfaite d’une des équipes les plus spectaculaires de tous les temps les temps, le Barça de Guardiola.

Aujourd’hui, ce centre symbole d’excellence technique n’est plus ce qu’il était auparavant et c’est devenu de plus en plus en plus difficile pour les jeunes talents d s’y imposer. Que sont devenues ces pépites africaines formées à la Masia ?

FABRICE ONDOA (KV Oostende, 22 ans, gardien de but)

Comme la plupart de ses compatriotes camerounais, Fabrice Ondoa a rejoint la Masia par l’intermédiaire de Fundesport, la fondation de Samuel Eto’o en 2009. Venu passé deux semaines de test après avoir voyagé un peu partout en Europe, le jeune gardien a vite convaincu les recruteurs du Barça. Il signe avec la Masia et l’équipe des cadets avant de grimper dans la catégorie junior deux ans après. Malgré des prestations de très haute facture et une dizaine de trophées remportés dont l’UEFA Youth League en 2014, celui qui est surnommé « l’Araignée Noire » n’a jamais été convoqué chez les A. En Janvier 2016, il rejoint le Gymnastic de Tarragone en D2 espagnole avant d’être prêté au FC Seville B. Aujourd’hui le grand artisan du sacre camerounais lors de la dernière édition de la CAN joue en Belgique. Il a en effet signé cet été un contrat de quatre saisons en faveur du club d’Ostende et retrouve ainsi son ancien entraîneur chez les lions indomptables, Hugo Bross.

WILFRID KAPTOUM (Betis Deportivo, 22 ans, milieu de terrain)

Wilfried Kaptoum est également un talent camerounais formé à la Masia. Egalement issu de la fondation Samuel, Eto’o, le natif de Yaoundé débarque en Catalogne à l’âge de 12 ans. Contrairement à Ondoa, Kaptoum lui aura la chance de jouer avec l’équipe première. Le 10 février 2016, Il marque contre Valence en demi finale de coupe du roi deux minutes seulement après son entrée en jeu permettant ainsi au Barça d’établir un nouveau record d’invincibilité (29 matchs sans défaite). Malgré un talent indéniable, Kaptoum ne sera pas épargné par les blessures, ce qui va considérablement freiner sa progression. En janvier 2018, il met fin à son contrat avec le Barça et s’engage dans la foulée avec le Real Betis.

ADAMA TRAORÉ (Wolverhampton, 22 ans)

Formé au Barça, Adama Traoré avait rejoint l’Angleterre en 2015 avec un premier passage du côté d’Aston Villa. Depuis deux saisons, il évoluait du côté de Boro où il venait de marquer cinq buts et de délivrer dix passes décisives lors de la dernière saison, en deuxième division. L’international espoirs espagnol a rejoint les rangs de Wolverhamption promu en Premier League pour les cinq prochaines saisons. Sous les ordres de Nuno Santo, il semble beaucoup avoir gagné en maturité comme en témoigne son excellent début de saison. A 22 ans, Adama Traoré n’a toujours pas joué la moindre minute sous les couleurs de la Roja et reste donc éligible pour représenter le Mali, un énorme talent qui peut faire un bien fou aux Aigles.

JEAN MARIE DONGOU (CD Lugo, 23 ans, attaquant)

Formé au FC Barcelone, Jean Marie Dongou a évolué en équipe première du club catalan entre 2013 et 2014 avant de rejoindre le Real Saragosse en 2016. Suite à une grave blessure, le talentueux attaquant camerounais se voit contraint d’être éloigné des terrain pendant plus d’une année. Il perd un peu l’explosivité qui faisait jusque-là sa force mais reste toujours redoutable devant les buts. Après un bref passage à Nastic de Tarragone, il rejoint le CD Lugo pour une saison à l’été 2018. Il n’a toujours pas joué en sélection mais le Cameroun garde toujours un regard attentif sur son jeune espoir.

KEITA BALDÉ (Inter Milan, 23 ans)

De toute notre liste, Keita Baldé est peut-être celui qui s’est le plus distingué jusque-là. Formé lui aussi à la Masia, le virevoltant ailier international sénégalais s’est révélé à la Lazio de Rome avant de signer à Monaco. Il ne passera finalement qu’une saison sur le rocher avant de retourner en Italie du côté de l’Inter Milan. Keita Baldé a disputé une coupe d’Afrique ainsi qu’une coupe du monde avec l’équipe nationale du Sénégal. Cette saison il dispute également la ligue des champions et aura la possibilité de retourner là où tout à commencer puisque les Nerrazzuri sont logés dans le groupe C en compagnie du Barça.

ANDRE ONANA (Ajax, 22 ans)

C’est le meilleur gardien du championnat hollandais à l’heure actuelle. Formé au Barça, le camerounais avait rejoint l’Ajax d’Amsterdam durant l’intersaison 2015. Il devient dès la saison suivante titulaire indiscutable, un statut facilité par le départ de Jasper Cilessen au Barça. Auteur de très belles prestations, André Onana a même joué une finale de coupe d’Europe cette saison-là face à Manchester United. Il honore sa première sélection avec les lions indomptables face au Gabon en 2016 mais refusant d’être la doublure d’Ondoa, Onana ne fera pas parti de l’équipe championne d’Afrique l’année suivante. Aujourd’hui, le jeune gardien a beaucoup mûri. Revenu à de meilleurs sentiments, il est incontestablement l’une des plus belles promesses africaines à son poste.

MAMADOU TOUNKARA (Lazio, 22 ans)

Il est assez méconnu du grand public mais Mamadou Tounkara n’en demeure pas moins un très bon attaquant. Formé lui aussi à la Masia à l’image de son compatriote et ami Baldé Keita, il a fait les beaux jours de l’équipe réserve de la Lazio de Rome avant d’enchaîner plusieurs prêts par la suite. Il ne s’est toujours pas imposé en équipe première mais ses dirigeants ne comptent pas du tout le vendre. Joueur à fort potentiel, Toukara est prêté actuellement en Suisse à Schafhausen. Il est éligible pour représenter à la fois l’ Espagne et le Sénégal au niveau international. En 2012, il a reçu un appel à l’équipe espagnole des moins de 17 ans. Quatre ans plus tard, Tounkara a révélé sa décision de jouer pour le Sénégal.

ALAIN RICHARD EBWELLE (Ecija Balompié, 22 ans)

Encore une autre pépite sortie par la fondation Samuel Eto’o. Alain Ebwelle a rejoint l’équipe réserve du Barça en 2011. Ailier très prometteur à ses débuts, il va vite tomber en disgrâce à cause notamment d’un très faible temps de jeu. Il effectue un bref passage à Valence avant de rester six mois sans club. Il va finalement rebondir en Slovaquie où il effectue en 2016 ses débuts professionnels avec le club du FK Senica. Dès l’hiver 2017, Ebwelle retourne en Espagne, à Marbella en troisième division. A 22 ans, Alain Richard Ebwelle qui joue actuellement sous les couleurs de Ecija Balompié n’a toujours pas reçu la moindre convocation en équipe nationale.

La Masia aura connu et formé plusieurs jeunes talents africains mais aucun d’entre eux n’aura réussi à s’imposer en équipe première. Ce n’est pas une question de mérite mais l’institution catalane a peu à peu renoncé à ce qui faisait sa splendeur d’autrefois. Sa politique de recrutement qui privilégie désormais les stars ne laissent aucune place aux jeunes issus du centre de formation. Ces erniers préfèrent donc aller voir ailleurs pour gagner du temps du jeu. Les pépites que nous avons cité ont connu des fortunes diverses mais présentent tous l’avantage d’être encore jeunes et d’avoir toute une vie devant eux pour prouver leur valeur à la face du monde.

Ghaly WANE 

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui