Connect with us

Foot Africain

Sans les frères Traoré, Bancé et Nakoulma, les Étalons en manque de repères !

Published

on

Cette deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019 nous a réservé des scénarios assez incroyables et quelques surprises notamment cette défaite des étalons à Nouakchott. Un revers, surprenant alors que ces derniers étaient considérés comme ultra favoris de cette confrontation, qui confirme les difficultés de l’équipe de Paulo Duarte depuis un moment.

Sans ses cadres naturels Aristide Bancé, P.Nakoulma, Jonathan Pitroipa et son leader technique Bertrand Traoré (forfait de dernière minute), les étalons sont tombés de haut face aux surprenants « Mourabitounes ». Avec une fébrilité inhabituelle, des approximations et un jeu qui laisse à désirer, l’équipe de Duarte est encore loin du collectif huilé qui avait impressionné à la CAN 2017.

Sans éclat et très fébriles…

​Une fébrilité illustrée parfaitement sur le premier but concédé par Koffi qui, voulant relancer, se troue inexplicablement, ce qui laisse un boulevard à Diakité qui ne s’est pas fait prier. Totalement sortis de leur match, les étalons ont concédé deux buts coup sur coup en l’espace de quelques secondes. Une défense apathique qui est totalement passée à travers de son match avec d’énormes erreurs d’inattention, assez rare pour être souligner.
Charles Kaboré qui sert souvent de lien au milieu s’est montré très timoré dans cette partie avec des relances approximatives et très gêné par le pressing haut des « Mourabitounes ». Il y’a pas eu ce meneur côté burkinabé capable de faire remonter son bloque, de casser des lignes et de servir les attaquants dans des conditions idoines. Une équipe cassée en deux sans verticalité qui résume parfaitement la partie des étalons.

A la décharge de l’entraîneur, suite à une panoplie de forfaits de ses joueurs phares surtout sur le plan offensif, il a du faire avec les moyens du bord avec beaucoup de jeunes. Et ça s’est ressenti évidemment avec un placement très hasardeux. Sans son leader technique Bertrand Traoré, capable à lui tout seul de changer le cours d’une rencontre par ses dribbles dévastateurs, les étalons ont logiquement peiné dans la zone de vérité. Encore plus surprenant la défense des mauritaniens a été peu inquiétée. Et c’est la justement que la présence d’un Bancé ou un Nakoulma (qui jouent moins dans la profondeur et plus dans la fixation) aurait été essentielle grâce à leur jeu dos au but capable de faire la différence.

Même si ce revers est plus dû à la prestation des « Mourabitounes » qui ont crânement joué leur chance sans complexe, cette sortie des étalons ne laisse pas une impression rassurante. Et avec tous ses leaders techniques absents, la marche était sans doute haute mais le contenu reste très moyen. Les étalons vont devoir se remettre au boulot car sans ses grands noms, cette équipe retombe facilement dans ses travers.

Birane BASSOUM

"Certaines personnes pensent que le football est une question de vie ou de mort. Je trouve ça choquant. Je peux vous assurer que c'est bien plus important que ça." Un passionné qui déverse démesurément sur la toile son amour du foot africain, mon terrain de prédilection !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui