Connect with us

Foot Africain

Un international ivoirien est devenu fou !

Published

on

C’est l’histoire d’un jeune surdoué qui était promis à une carrière exceptionnelle. Mais qui vit aujourd’hui et dort dans les rues de Paris. Ce surdoué n’est personne d’autre que Bobley Anderson. Formé à l’AFAD, Bobley s’envole en 2012 pour le Wydad Casablanca (Ligue 1marocaine) après avoir conquis l’élite ivoirienne. Incroyablement doué, le milieu offensif ivoirien ne passera qu’une seule petite saison au Maroc, le temps pour lui de glaner un titre de meilleur joueur de la saison du WAC et de meilleur joueur étranger du championnat marocain. C’est Malaga, à l’époque présidé par un riche qatari, qui accueille le petit phénomène ivoirien contre 1 milliard de F CFA. Dans la même période, Bobley est convoqué chez les Eléphants. Mais déjà en proie à des attitudes incompatibles avec le football de haut niveau, l’Ivoirien voit son niveau baisser. « Anderson (Bobley) n’a pas su gérer la gloire et l’argent. Il faisait un peu n’importe quoi et n’était pas trop concentré sur le foot. », nous confie aujourd’hui avec amertume un ancien coéquipier de Bobley.

Lassé par les multiples dérapages de leur milieu ivoirien, les dirigeants de Malaga le prêtent successivement à Zulte-Waregem (Ligue 1 belge, belge) et Alcorcon (Ligue 2 espagnole). Revenu en 2015 de son prêt du dernier club cité, Malaga rompt finalement le contrat de Bobley qui va rebondir à Châteauroux en 3è division française. C’est le début de la déchéance. Face à ses difficultés sportives, Bobley perd peu à peu le goût du ballon rond et tombe dans la dépression. Châteauroux est contraint de mettre fin à son bail. Depuis lors, l’Ivoirien de 26 ans a complètement perdu la raison. Devenu fou, il vit et passe ses nuits dans les rues de Paris. « Aujourd’hui Bobley Anderson a perdu la raison et ça fait maintenant trois ans qu’il fait une dépression, il vit dans la rue et dort par terre. Il n’est plus trop normal », raconte un jeune Ivoirien qui vit dans la capitale française.

Perdu, l’ancien joueur de Malaga n’a plus aucun contact avec sa famille biologique. Qui elle aussi était sans nouvelles de lui depuis maintenant deux ans. « Il faut aider Anderson (Bobley). Il n’est pas encore tard. On peut encore le soigner. Avec Dieu tout est possible !», supplie notre interlocuteur.

Source : Abdoul KAPO- sportmania.ci

Journaliste reporter Sportif béninois, spécialisé dans le sport africain, j’ai un gros faible pour Samuel Eto’o, Didier Drogba, Jay Jay Okocha et Caster Semenya.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui