Cahier de retour du plus long match de l’histoire de la Seleção !

Bienvenue dans cette nouvelle édition de votre rubrique, Un vendredi, un match nostalgique …!

Comme accoutumé, aujourd’hui nous allons faire revivre l’un des éventements les plus marquants de l’histoire de la planète football avec à l’affiche la demi-finale de la Coupe du monde 2014 entre le Brésil et l’Allemagne. Sans doute, le match du dernier carré le plus long de l’histoire pour le pays de la « Samba« .

Et si la Coupe du Monde 2014 était la plus belle de l'histoire ? | CNEWS

Nous sommes au soir du 8 juillet 2014 , le Brésil, organisateur de la 20e édition de la coupe du monde, accueille l’équipe nationale d’Allemagne dans l’enceinte mythique de Mineirão dans le cadre de la demi-finale de la plus grande compétition au monde. Pour la première fois durant cette campagne, le sélectionneur Luiz Felipe Scolari devra concocter son onze de départ sans le leader technique et le patron de la défense de la Seleção, Neymar Junior blessé lors du tour précédent face à la Colombie et Thiago Silva suspendu pour cumule de carton jaune. Le technicien brésilien conserve alors son 4-2-3-1 et choisi l’ailier droit de Chelsea à l’époque, Willian pour pallier l’absence de Neymar Jr, et Dante à la place de Thiago Silva. Et voici ci-dessous l’équipe qu’avait aligné Scolari.

Coupe du monde 2014 : Brésil - Allemagne, le match qui dira si le pays hôte a un profil de champion - Eurosport

Du coté de la Manschaft, Joachim Löw a décidé de garder la même équipe qui s’est imposée (1-0) en quart de finale face à la France avec notamment la présence de l’actuel milieu de terrain du Real Madrid, Toni Kroos, qui a livré une prestation monumentale contre les champions du monde 98.

Coupe du monde 2014 : Brésil - Allemagne, le match qui dira si le pays hôte a un profil de champion - Eurosport

Alors que le coup d’envoi est donné, on assiste un scénario invraisemblable de la défense du Quintuple champion du monde. L’absence du capitaine Thiago Silva ne peut expliquer à elle seule les incroyables lacunes défensives affichées par le Brésil, avec des écarts béants entre les lignes, un milieu systématiquement submergé, des latéraux baladés tout au long de la rencontre dans les couloirs et une attaque incapable de tenir le ballon, de faire des différences, ou de respecter les règles élémentaires du repli défensif. Une attaque qui, sans Neymar, n’en avait en fait que le nom. Le naufrage brésilien a été total, dans tous les secteurs.

Brésil - Allemagne (1-7), analyse : Cette belle Allemagne méritait autre chose qu'une équipe de DH - Eurosport

Cette Seleçao n’avait manifestement pas pris en compte l’approche tactique d’un match face à l’Allemagne, et Luiz Felipe Scolari a trop tardé pour renforcer son milieu avec les entrées de Paulinho et Ramires à la pause, quand la National mannschaft menait déjà 5-0. Les hommes de Joachim Löw se sont amusés au milieu des plots jaunes pendant tout le match, avec leur précision technique habituelle dans les transmissions, leur jeu court encore mieux huilé depuis que Philipp Lahm a retrouvé son poste de latéral. Et leur traditionnelle efficacité : 14 tirs, 10 cadrés, 7 buts. C’était une grande Allemagne, et elle méritait autre chose que cette imposture de Brésil pour prouver sa valeur.

Le Brésil à genoux

PRESTATION DES JOUEURS:  KROOS A SURVOLÉ BELO HORIZONTE

Il avait déjà été décisif face à la France. Contre le Brésil, il a carrément été brillant. Toni Kroos, deux buts, une passe décisive et une justesse de jeu déconcertante, a brillé de tout son talent à Belo Horizonte. Il n’a pas été le seul. Sami Khedira, buteur et passeur, a fait très mal à la défense brésilienne par sa faculté à apporter le surnombre en attaque. Thomas Müller, lui aussi buteur et passeur, s’est régalé des espaces laissés par l’équipe auriverde, tout comme Philipp Lahm, auteur de deux passes décisives. Manuel Neuer s’est chargé de calmer le réveil brésilien avec deux grosses parades en début de seconde période tandis que Mesut Özil, passeur décisif, et Miroslav Klose, buteur désormais dans la légende, ont aussi apporté leur contribution au festival allemand.

Le champion du monde allemand Toni Kroos signe au Real Madrid

Au Brésil, il est difficile de sortir une individualité du lot, tant elles ont toutes été à des années lumières de leur niveau. Julio César en a pris sept, mais il a aussi sorti quelques arrêts qui ont évité à la Seleçao une déroute encore plus large. Fernandinho, qui avait légèrement amélioré l’entre-jeu brésilien depuis son entrée dans l’équipe, a symbolisé le naufrage de la Seleçao au milieu, avec notamment un ballon lamentablement perdu sur le quatrième but allemand. Dante, remplaçant de Thiago Silva, a été dépassé par la vitesse et la technique des Allemands. Fred, Hulk, Bernard et Oscar, chargés de l’animation offensive brésilienne, ont été systématiquement dominés par la défense de la Nationalmannschaft.

Brésil - Allemagne (1-7), analyse : Cette belle Allemagne méritait autre chose qu'une équipe de DH - Eurosport

17e minute de jeu : Le Brésil est déjà mené 1-0, il tente vainement de réagir de façon désorganisée. Marcelo hérite cependant d’un ballon côté gauche, et vient provoquer Philipp Lahm dans la surface allemande. Tacle parfait du latéral de la Nationalmannschaft pour dégager le ballon en corner, qui ne donnera rien. La meilleure situation pour la Seleçao qui, sera menée 5-0 douze minutes plus tard. C’est dire la pauvreté de l’attaque brésilienne pour cette demi-finale contre l’Allemagne.

UN EXPLOIT JAMAIS ÉGALÉ 

Aucune équipe n’avait inscrit sept buts en demi-finale d’une Coupe du monde jusqu’ici, aucune équipe ne s’était imposée par six buts d’écart à ce stade de l’épreuve et aucune équipe n’avait passé autant de but au Brésil dans un Mondial. L’Allemagne a réussi tout ça à Belo Horizonte. C’est-à-dire quelque chose d’exceptionnel …

1/2 Finale Mondial 2014: Brésil Massacré Par L'Allemagne (1-7)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *