Exclu – Steve Mounié : «Ce sont des choses auxquelles j’aspire dans le futur»

Advertisements

De retour en France cet été après une belle aventure anglaise, Steve Mounié redécouvre la ligue1 avec le Stade Brestois pour se relancer. Star incontestée au Bénin, le buteur des Ecureuils s’est confié avec humilité et sincérité à Afrique Sports dans une interview exclusive. Lisez-le  

 

Des étoiles appelées à briller, le football en a connu des centaines, mais celle-ci est si spéciale pour les béninois puisqu’elle écrit déjà l’histoire des Ecureuils. Vous êtes depuis le dimanche 11 Octobre dernier, le 5è meilleur buteur de l’histoire du Bénin sans oublier votre but face au Togo qui qualifie le pays pour la CAN 2019.  De Nîmes à Montpellier en passant par Huddersfield, vous avez marqué vos territoires avec ce que vous savez faire de mieux : Marquer des buts. De retour en France, vous évoluez depuis  cette saison à Brest où vous avez déjà inscrit 2 buts. Au-delà du fait que vous soyez un grand buteur africain, c’est un grand homme que reçoit aujourd’hui, Afrique Sports. Steve Mounié, bonjour et merci d’avoir accepté nous accorder cet entretien.  Alors comment se porte le Stade Brestois en ce début de saison ?

Advertisements

 

Steve Mounié : Bonjour Afrique Sports, c’est un plaisir de faire cette interview avec vous. Le Stade Brestois en ce début de saison ? C’est un peu en dent de scie, on gagne des matchs, on en perd. Mais dans l’ensemble, je sens qu’on a une bonne équipe et on produit du beau football et je suis certains qu’on fera une très bonne saison.

 

Vous aviez quitté la Ligue 1 pour l’Angleterre après une saison tonitruante où vous aviez inscrit 15 buts. Vous revenez en France dans un championnat que vous maîtrisez bien pour vous relancer. Quels sont vos objectifs prioritaires cette saison avec Brest ? Se maintenir ? Ou terminer parmi les meilleurs buteurs de la saison ?

 

Mes objectifs cette saison, c’est d’abord le maintien avec le Stade Brestois. Le plus important à l’heure actuelle, c’est d’essayer de pérenniser ce club en première division. Car c’est un club qui essaie de grandir et je suis vraiment ravi de faire partie de ce projet.

Lors de votre dernière saison en Ligue 1 (à Montpellier), vous talonnez des buteurs comme Edinson Cavani, Alexandre Lacazette, Radamel Falcao et Bafétimbi Gomis. Cette saison, il y a Neymar, Mbappé, Icardi, Depay, Dembélé entre autre. Vu votre état d’esprit, votre forme physique quelles sont vos attentes à titre personnel à l’issue de la saison ?

 

Oh Oui je peux faire partie du classement des buteurs, c’est un championnat de qualité avec de très bons joueurs. De nouveaux joueurs aussi montrent leurs qualités. C’est vraiment un très beau championnat et puis j’espère pouvoir vraiment titiller le classement des buteurs et être plus haut que possible dans ce classement. Voilà, on va donner le maximum et on verra à la fin de la saison.

 

Kylian Mbappé a terminé meilleur buteur  la saison dernière. Beaucoup spéculent qu’il serait l’héritier de Cristiano Ronaldo et de Messi. Steve, honnêtement que pensez-vous de Kylian qui affole les compteurs ?

 

Kylian Mbappé ? Oula, tout le monde le connaît. C’est un crack du football, on a rien à dire sur ça, on connaît toutes ses qualités. Puis, il a tout l’avenir devant lui et je ne lui souhaite que du bonheur.

 

Avant de signer à Brest, les rumeurs parlaient au départ de l’ASSE et ensuite, Bordeaux. Pourquoi avoir choisi le Stade Brestois ?

J’ai choisi le stade Brestois pour la simple raison que le projet m’a plu. Le Directeur sportif m’a appelé assez rapidement et m’a présenté un projet qui me plaisait beaucoup et j’ai trouvé que je pouvais m’y inscrire pleinement. Après, c’est tellement important pour moi de retrouver la Ligue1 dans un endroit où je me sens bien et depuis mon arrivée, je me sens bien au stade Brestois.

 

Beaucoup disent que vous avez changé votre façon de jouer et que vous êtes plus mature, plus costaud, difficile à bouger par les défenseurs. J’imagine que  vous avez énormément progressé dans certains registres après votre passage en Angleterre. Racontez-nous votre expérience en Premier League et en Championship.

Oui effectivement ! C’est sûr que mon expérience en Angleterre m’a permis de progresser dans différents domaines. La Premier League et la Championship sont des championnats très physiques où il y a beaucoup d’intensité. Donc forcément, on ne peut que progresser. Un progrès qui va servir à mon équipe aujourd’hui et j’en suis ravi. Après, mon expérience en Angleterre a été magique. Chaque moment que j’ai vécu, que ça soit en Premier League ou en Championship, c’était vraiment extraordinaire. J’ai découvert l’Angleterre, j’ai découvert le football anglais et franchement, c’était vraiment magnifique et je suis très ravi d’avoir pu vivre cette expérience.

 

C’est quoi votre rêve ultime en tant que footballeur ? Jouer la Ligue des Champions, la Coupe du monde ou gagner des trophées peut-être ?

 

Oui en tant qu’un joueur effectivement. Mais je n’ai pas assez de rêves mais des objectifs. Si un jour je peux jouer la coupe du monde ce sera formidable. Ça sera beau de pouvoir amener le Bénin à une coupe du monde de football.  Après pourquoi pas des objectifs en clubs. J’aimerais aussi jouer des compétitions Européennes (la Ligue des Champions et l’Europa League, Ndlr). Ce sont des choses auxquelles j’aspire dans le futur en fait.

Chaque footballeur aujourd’hui est soit, Ronaldo ou Lionel Messi. Si on vous demande de choisir entre les deux, vous préférerez qui et pourquoi ?

 

Soit Ronaldo, soit Messi, il n’y a pas de choix à faire. C’est deux montres du football. Soit l’un ou l’autre avec de styles différents et il n’y a rien à dire sur les deux joueurs. Ce sont deux joueurs exceptionnels, et des modèles à suivre pour chaque joueur professionnel. Après si un joueur où l’on peut suivre le modèle en se disant que c’est plus réalisable, c’est Ronaldo. Car, on s’est que c’est quelqu’un qui met beaucoup de travail dans son quotidien. A comparer à Lionel Messi, forcément, il travaille lui aussi mais c’est plus un joueur ultra talentueux de base. Ce sont deux joueurs extraordinaires mais j’ai un petit penchant pour Cristiano Ronaldo du fait qu’il soit un modèle à suivre comme peuvent l’être d’autres joueurs.

 

Quel est votre modèle de joueur ? Certains vous comparent à Didier Drogba est-ce lui ?

 

Je n’ai pas de modèle de joueur particulier. J’apprécie beaucoup les attaquants et Didier Drogba en fait partie. Après, il y a Ronaldo, le numéro 9 du Brésil. Il y a beaucoup de joueurs, et je regarde souvent les attaquants de mon profil comme Olivier Giroud, Robert Lewandowski qui est la référence à l’heure actuelle au poste de numéro 9. Donc je m’inspire de plusieurs attaquants.

 

Quel est selon vous, le meilleur joueur africain de l’histoire ?

 

Le meilleur joueur africain de l’histoire, pour moi, il y en a plusieurs.  Je pense que Samuel Eto’o, Didier Drogba, Okocha,  George Weah sont des joueurs qui sont déjà au stade de légende et je ne peux pas en dissocier un  parmi ceux-là.

 

Parlons maintenant du Bénin, vous êtes dans une spirale très positive avant d’affronter le Lesotho le 09 Novembre. Quel est l’objectif des Ecureuils du Bénin ? Se qualifier pour la CAN 2022, la Coupe du monde 2022 ou les deux ?

 

Oui avec le Bénin, ça fait plusieurs matchs qu’on est dans une dynamique très positive. On essaie de prendre match par match. Gagner les matchs et les préparer au mieux. Grâce au sélectionneur Michel Dussuyer, c’est ce qu’on fait. On a fait des matchs amicaux qui nous ont permis de pouvoir appréhender ces deux rencontres contre le Lesotho dans la meilleure des manières. L’objectif est clair, après notre dernière CAN en Egypte, l’objectif est de nous qualifier pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Puis après, on est des novices pour la qualification pour la Coupe du Monde. On va aussi essayer de faire quelque chose dans cette poule. Et je pense qu’on a les moyens et les qualités pour réussir quelque chose dans cette poule.

 

Contre le Gabon, vous avez encore marqué et c’est seulement votre 3è but en sélection en absence de Stéphane Sessegnon (vous marquez plus quand Sessegnon joue). A 35ans, le Bénin peut-il déjà se passer de son emblématique capitaine, Stéphane Sessegnon ?

Contre le Gabon, oui c’était mon 3è but en sélection en absence de Stéphane. J’ai marqué contre la Gambie, le Togo et le Gabon. C’était 3 matchs où Stéphane n’était pas présent. Sur mes huit buts en sélection, ça fait 3 buts sans Stéphane Sessegnon mais on a une équipe qui a de la ressource.  Même si le capitaine doit arrêter sa carrière un jour, je pense que l’équipe nationale se portera bien. Mais c’est un élément qui est très important pour nous que ça soit dans la vie du groupe que sur le terrain, il est capable de faire des différences à tout moment et moi, j’espère qu’il pourra jouer encore de belles années avec nous.

 

Quel est votre plus grand regret depuis que vous êtes pro ?

 

Non je n’ai pas de regret depuis que je suis devenu pro. J’ai la carrière que je voulais. J’ai joué en Angleterre, j’ai joué en ligue1, et après j’ai encore l’avenir devant moi.  J’ai seulement 26ans, et il me reste encore de belles années devant moi.  Franchement, je ne sais pas ce qu’il ’peut se passer dans l’avenir mais j’espère pouvoir réalisé encore de belles choses que ça soit en club ou en équipe nationale.

Vous êtes un grand attaquant et comme tous, ça cale face à certains grands défenseurs. Quel est  le plus coriace défenseur qu’à affronter Steve Mounié ?

 

Le meilleur défenseur contre qui j’ai joué ? C’est difficile à dire. J’ai rencontré des défenseurs très solides en Premier League et en Ligue 1. En Ligue 1, je dirai, Thiago Silva. Il était de ceux qui étaient  les plus costauds et il est vicieux.   Après en Premier League, il y a plus des défenseurs qui étaient méchants, des défenseurs dont on ne parle pas beaucoup. Mais ils étaient méchants et faisaient mal comme ce défenseur de Stoke City qui m’a fait mal et je l’ai encore en mémoire. Il s’appelle Ryan James Shawcross (sourire). Il  m’a mis un coup de coude dans la bouche d’entrée de match. Donc c’est des défenseurs méchants et après un des défenseurs très coriaces contre qui j’ai mal, c’est Kurt Zouma. Il est difficile à jouer dans mon registre. Car il est très bon de la tête. C’est une qualité qui est la mienne aussi mais lui, il saute très haut et est très puissant et quand il te rentre dedans, tu le sens. C’est un défenseur très compliqué à jouer. Après, il y en a beaucoup, je n’ai donné que quelqu’un.

 

Un mot de fin

 

C’était vraiment un plaisir de faire cette interview avec vous et j’espère vous revoir très bientôt. Pourquoi pas, lorsqu’on aura la qualification avec le Bénin pour cette CAN qui arrive bientôt. Merci beaucoup.

 

Réalisation : Carinos CHANHOUN

 

 

 

 

Publicité
Advertisements

Laisser un commentaire