La reconversion parfaite d’Aristide Bancé, l’homme aux 22 clubs !

La teinture blonde avec un physique imposant, Aristide Bancé est le genre de joueur que l’on ne rate sur un terrain de football. Doté d’une carcasse impressionnante, le puissant attaquant burkinabé a toutes les qualités de l’excellent point de fixation du football moderne. Véritable star dans son pays mais pas que, il reste un des plus grands habitués de la Coupe d’Afrique des Nations (4 participations à son actif) avec comme point d’orgue cette finale perdue en 2013 face au Nigéria. Malgré le poids des années, l’Étalon a encore de beaux restes.

En vrai « pigeon voyageur », il a fait les beaux jours de nombreux clubs de football à travers le globe. Celui qui est connu aussi bien pour ses exploits que ses frasques en dehors des pelouses, est tombé peu à peu dans l’oubli. Nous avons retrouvé la trace de l’attaquant à la chevelure teintée toujours fidèle à lui-même.

Ses éclairs de génie, ses frappes sorties de nulle part ont longtemps mis en lumière un CV impressionnant pour l’attaquant qui a passé toute sa carrière à jouer à saute-frontières. L’on se perd facilement quand vient le moment de compter le nombre de clubs et de pays où il a joué. De la Côte d’ivoire à l’Egypte en passant par l’Ukraine, la Lettonie, le bonhomme est la définition même du globe-trotteur.

 

Un palmarès parlant au-delà des frontières burkinabè qui a commencé à prendre forme à Abidjan. Dès son très jeune âge, il commence à fouler les pelouses du Burkina au sein du club FC Santos, marquant le début d’une longue carrière footballistique. Entre temps, l’attaquant retourne au pays de Didier Drogba pour faire ses gammes et s’ouvrir les portes de la sélection.

 

Une éclosion sur la scène internationale parsemée d’embûches qui a forgé le caractère qu’on lui connaît tous. Puis, le géant a posé ses valises un peu partout en Europe. C’est avec le club d’Al Masry qu’on a retrouvé sa trace. Mais fidèle à lui-même, le burkinabé ne s’entend plus avec ses dirigeants dont il fustige régulièrement le comportement.

 

Entre Al Masry et Bancé, le divorce était inéluctable. L’attaquant burkinabé s’est ensuite engagé à Horoya AC en Guinée. En mai 2019, il y a signé pour 2 ans. C’était la 22e et dernière équipe de l’attaquant qui, depuis, est entraîneur. Après avoir quitté les Guinéens du Horoya AC au mois de juillet dernier, Aristide Bancé a voulu aider son club de cœur à grandir. « Mon rôle consistera à donner des conseils et participer à l’organisation générale du club », a-t-il indiqué à SuperSport.

Conformément à ce qu’il avait annoncé l’été dernier, le charismatique avant-centre ne rechaussera donc plus les crampons. Sa carrière de joueur sera passée par 22 clubs, répartis sur trois continents avec des expériences dans des championnats aussi divers que l’Ukraine, l’Allemagne, la Belgique, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Turquie, la Finlande, le Kazakhstan, l’Afrique du Sud, la Lettonie, le Burkina Faso, la Guinée ou encore la Côte d’Ivoire, où il vit le jour à Abidjan le 19 septembre 1984.

Laisser un commentaire