bon alassane
dans ,

 [Interview Exclusive] Alassane N’Dour : « Le Sénégal sera inarrêtable à la CAN 2023 s’ils font ça »

Par

le


La génération Sadio Mané a offert au Sénégal, sa première étoile à la Coupe d’Afrique des nations, mais la référence reste la génération 2002, et Alassane N’Dour (42 ans, 8 sélections) en fait partie. L’ancien défenseur passé par l’AS Saint-Étienne, West Bromwich Albion et Troyes a accordé une interview à Afrique Sports dans laquelle, il parle du Sénégal et de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2023) qu’organise la Côte d’Ivoire du 13 janvier au 11 février 2024. Lisez-le plutôt.

Afrique Sports : Bonjour, vous êtes Alassane N’Dour, ancien international Sénégalais, on ne vous présente plus. Vous faites partie de cette génération qui a fait rêver des millions de Sénégalais et aujourd’hui, vos « petits-frères » ont ramené le trophée de la CAN au Sénégal. Avec du recule, qu’avez vous ressenti après le premier sacre continental des Lions de la Teranga au Cameroun en 2022 ?  

Alassane N’Dour : Bonjour, je suis ancien international sénégalais. Voir le Sénégal gagner la dernière CAN au Cameroun fut une joie immense, une joie incommensurable comme on dit. C’était juste magique. C’était exceptionnel. C’était comme si on avait commencé une mission et que ces jeunes ont terminé avec la manière contre une belle équipe d’Égypte. Sept fois champions d’Afrique, c’était juste exceptionnel. Et c’est important aussi pour le Sénégal parce que on, nous a taxé souvent d’un pays avec de très bons joueurs, mais pas d’un pays de football parce qu’on ne gagnait pas des titres. Et voilà, à partir de ce moment, on a eu à gagner pratiquement tous les titres dans toutes les catégories confondues. Donc, c’était c’était très important.

Alassane N'Dour parle de la victoire du Sénégal à la CAN 2021

Les Lions de la Teranga vont en Côte d’Ivoire du 13 Janvier au 11 février pour la CAN 2023 afin de défendre le titre continental. Que pensez- vous de ce groupe d’Aliou Cissé, que vous connaissez très bien ?

[totalpoll id= »794558″]

Désormais, les Lions vont en Côte d’Ivoire pour défendre leur titre. Ce ne sera pas facile. Ce ne sera pas simple. Ce sera une mission très difficile, mais une mission réalisable parce qu’on est encore dans le football, tout est possible. Il y a des équipes qui ont gagné la CAN et qui l’ont regagné la deuxième fois. Il y a des équipes qui ont gagné la CAN, qui n’ont pas réussi à sortir de leur poule. Donc tout est possible. Maintenant, il faut partir, pas avec des idées défaitistes. Il faut partir comme des favoris comme nous, qu’on nous taxe parce que c’est normal, Quand on gagne une CAN, on devient favoris, forcément. Donc toutes les équipes craignent le Sénégal avec ces grands joueurs, avec ces grandes stars. Maintenant, à nous d’oublier tout ce qui s’est passé en 2021. A nous d’écrire notre histoire dans cette page du football africain. C’est fort possible parce qu’on a encore pratiquement toute l’ossature de l’équipe 2021 qui est encore dans cette équipe là, avec des jeunes qui sont en train d’émerger. Je pense qu’avec un bon discours du coach, avec les mots qu’il faut pour motiver ces joueurs, avec aussi l’expérience que ces joueurs là ont acquis lors de ces dernières années là, à travers leurs clubs et à travers la sélection. Je pense qu’il y a une possibilité aussi de faire un remake. Maintenant, ça ne sera pas simple dans une poule, pas facile. Voilà, les joueurs sauront ce qu’ils ont à faire. C’est des grands professionnels en tout cas. Le Sénégal contre sur eux pour aller relever ce défi.

Alassane N'Dour prévient les adversaires du Sénégal

Maintenant que le Sénégal a déjà gagné, comment l’équipe va se comporter en Côte d’Ivoire ?

Bon, ça on ne sait pas encore. En tout cas, tout ce qu’on peut leur dire c’est d’être présent, de représenter le pays dignement comme ils l’ont eu à le faire en 2021. Et je suis confiant que nos lions vont nous hisser encore vers le haut. Et puis il faut un bon comportement pour eux pour représenter leur pays qui est le Sénégal.

Pour la CAN 2023, le Sénégal a hérité du groupe de la mort avec le Cameroun, la Gambie et la Guinée. Pensez -vous que ce sera un groupe facile pour les hommes D’Aliou Cissé ?

 Le Sénégal se loge dans une poule pas facile, je dirais facile pour certaines parce qu’ils pensent qu’il y a toujours de ces équipes qui sont inférieures au Sénégal. Mais pour ma part, je ne dirai pas que c’est facile. Je dirai que c’est une poule très difficile parce que le Sénégal a deux derbys à jouer dans cette poule contre la Guinée Conakry et la Gambie. On connaît nos relations, nos rapports avec la Guinée, avec la Gambie, donc ça va être très tendu. Ça sera des matchs très difficiles. Il n’y a pas de petites équipes. On sera, je dirais, forcément, on est les favoris parce que le Sénégal, c’est l’équipe à battre par tout le monde. Les 24 des 23 autres équipes voudront toujours battre le Sénégal. Maintenant, à nous de bien nous comporter, de bien commencer cette CAN là par un très bon résultat contre la Gambie. À l’issue de ça, je pense que on peut être inarrêtable, mais il ne faut pas commencer la CAN avec les calculs ou bien avec un résultat timoré, ou bien avec une performance un peu timorée comme on a eu à faire en 2021 parce que ce sera le premier match qui va nous donner le ton. Et puis ce sera le premier match qui va mettre en confiance tous les joueurs. Parce qu’aujourd’hui tous les yeux sont braqués sur le Sénégal.

alassane 1

Le fait que certains évoluent en Arabie Saoudite n’est –il pas un handicap pour le Sénégal ?

 On a envie de voir la forme physique de ces joueurs là qui jouent en Arabie Saoudite. J’ai envie de dire que voilà, l’Arabie Saoudite reste un championnat aujourd’hui performant, un championnat qui attire les stars, mais un championnat aussi où on joue au ballon. En championnat Saoudien aussi, où il y a du rythme. J’ai envie de dire ça, mais il va falloir voir ce que, aujourd’hui, ces gens là ont dans les dans les chaussettes. Reste à voir. On est impatient de voir. Mais en tout cas, tout ce qu’on prouve, tout ce qu’on peut, on pourra dire pour ces joueurs là, ce sera de bien mouiller le maillot, de bien penser à conserver, à vouloir conserver leur titre. Pas à tout prix, mais à gérer les matchs, à gérer ces moments difficiles parce qu’il y en aura, ça ne sera pas facile. On ne va pas venir et reprendre la coupe et repartir. Non, non, ça passera par des efforts, ça passera par la concentration. Il y a aussi le match du Cameroun qui est un match qui sera très très difficile. On les a joués en amical, on a gagné un zéro il y a peut-être deux mois, mais un match amical n’est pas un match officiel. Qui connaît les Camerounais, sait qu’ils sont très très très percutants en match officiel. Mais le Sénégal reste le Sénégal détenteur du titre.

Lire aussi:  Cameroun : La forte réaction de Marc Brys aux excuses de Samuel Eto’o
qatar

Vous êtes un grand ami de Samuel Eto’o, légende africaine et Président de la Fédération Camerounais de Football (Fecafoot). Après le tirage au sort de la CAN 2023 où le Sénégal se retrouve dans la même poule que le Cameroun, avez- vous discuté avec lui ?

Oui, avec Samuel Eto’o, on en a rigolé après le tirage parce qu’on s’est dit voilà, on se retrouve encore, ça ne sera pas simple entre deux lions et on a bien rigolé. Mais lui, il sait ce qu’il attend. Le Sénégal sait aussi ce qu’il attend parce qu’on a de bonnes équipes en face qui sont la Guinée et la Gambie. Des équipes qui sont en train d’émerger, des équipes qui veulent aussi écrire leur histoire. Dans ce football africain, ça ne sera pas simple, mais voilà, on a un peu rigolé , mais ça reste une compétition où chacun devra défendre ses couleurs et que le meilleur passera. Les deux meilleures équipes passeront, les deux meilleures équipes qui mériteront de passer passeront.

ztoto

 Que pensez- vous de la forme actuelle de Sadio Mané à quelques jours de la CAN 2023 ?

Oui, la forme de Sadio aujourd’hui intrigue tout le monde parce que tout le monde s’est dit oui. Est- ce qu’il sera présent pour la CAN ? C’est ces questions qui reviennent souvent. Je l’avais dit auparavant que voilà, on n’a pas le même Sadio Mané qu’on avait à Liverpool, où il faisait ces tâches offensives et ces tâches défensives. Il le faisait super bien. D’ailleurs, depuis qu’il est parti, Liverpool n’a pas remplacé Sadio Mané. Donc voilà, on n’a plus ce sérieux là, forcément. Parce qu’un joueur ne peut pas être au top niveau sur le plan physique, je dis bien toute sa carrière. Forcément, Si vous voyez Cristiano Ronaldo, si vous voyez Messi aujourd’hui, c’est des joueurs qui ne jouent plus comme ils jouaient avant. Forcément, il joue un peu plus avec la vue, avec l’expérience. C’est ce qu’on va attendre de lui. Ça reste un joueur exceptionnel, ça reste un grand joueur, ça reste notre Sadio à nous. Sinon c’est notre Messi à nous, c’est notre Pelé à nous. Maintenant, il faudra le préserver, il faudra le mettre en confiance. Il joue dans un championnat forcément, qui n’est pas la Premier League, qui n’est pas le championnat de France. Mais voilà, il marque ses buts, il est encore là, performant, même s’il n’est plus aujourd’hui physiquement le Sadio Mané qu’on avait. Mais l’équipe a besoin de lui sur le plan technique, sur le plan tactique, sur le plan expérience et on peut dire tout ce qu’on peut dire. On a envie de le voir encore porter cette équipe là sur ses épaules comme il a eu à le faire. Il ne faut pas commencer à jeter du sel, du sucre sur lui. Il faut plutôt l’encourager. Il faut plutôt, le mettre à l’aise parce que si on le met à l’aise, s’il est lancé, je pense que l’équipe peut compter sur lui pour aller très très loin.

sadio maessi

A part le Sénégal, avez -vous d’autres favoris de la CAN 2023 en tête ?   

Oui, c’est une CAN. On peut beaucoup de favoris, mais ça reste des favoris sur le papier. Moi je dis le favori, c’est celui qui est là qui gagne tout le monde. Mais ça, on ne peut pas le savoir tant que la compétition n’a pas commencé. On a vu l’équipe de la Côte d’Ivoire qui est le pays hôte qui va recevoir, forcément, ils vont avoir l’appui du public. Tout le pays va être derrière son équipe en même temps, la Côte d’Ivoire quand même, avec un bel effectif, avec de bons joueurs. On peut dire aussi le Maroc. Après avoir été demi finaliste du Mondial, ils sont parmi les favoris. C’est un pays qu’on peut considérer comme comme favori de cette CAN. Il y a aussi l’Algérie qui est en train de revenir en force avec. Ils ont affiché de belles performances lors des dernières apparitions. On pourrait en citer beaucoup, mais tout ça, ça reste des favoris. Sur le papier, on verra les équipes et l’état de forme des joueurs sur le terrain. Voilà, je pense qu’à partir de là, on pourra déjà commencer à parler de favori, de potentiel vainqueur de cette CAN 2023.

 Vous, votre génération, vous avez marqué l’histoire du football sénégalais. Vous avez qualifié le Sénégal en finale d’une Coupe d’Afrique pour la première fois et pour une phase finale de Coupe du monde. Quelle est la différence entre cette génération dorée 2002 et cette nouvelle génération de jeunes joueurs ?

 La différence entre 2002 et 2022, tout simplement, c’est que nous avons bien joué. Nous avons été en finale, nous avons fait de belles performances, mais sauf que nous n’avions pas gagnés. Donc la différence, c’est que cette génération 2022 a gagné. Donc voilà la différence. Mais je dirais, je n’aime pas parler de différence, je veux parler de continuité parce que, certainement en 2022, ces joueurs là ont été inspirés par la génération de 2002. Le football ne démarre pas à partir de 2002. Le football sénégalais, forcément, il y a beaucoup d’autres générations. Mais il faut dire que la génération 2002 a quand même eu de belles performances. Même si on n’a pas gagné de coupe, on n’a pas gagné de titre, mais certainement c’est une génération qui a inspiré, celle qui a gagné la Coupe d’Afrique 2022. Donc je parlerai plutôt de continuité, mais pas différence entre les deux générations.

generation 2002 (1)

Et pour finir, vous avez récemment décroché votre MBA en management international du sport. Quelle est la nouvelle vie d’Alassane après sa carrière de footballeur professionnel ?

Oui, Alassane est toujours là, dans le circuit du football, dans l’environnement du football, dans l’industrie même du football. Voilà, en tant que consultant, en tant que manager. Donc je suis toujours là avec la CAF, en tant que consultant aussi avec le MBA pour des stratégies de communication par rapport au sport, par rapport au football. Voilà, continuez notre bonhomme de chemin. Dans le sport où on a évolué aussi. On aide, on oriente les jeunes, on essaie de transmettre ce qu’on a appris durant notre carrière. Donc voilà. Mais je suis toujours actif dans ce que je sais faire, qui est le football, mais en tant que consultant et manager.


  

Commentaires

Une réponse à “ [Interview Exclusive] Alassane N’Dour : « Le Sénégal sera inarrêtable à la CAN 2023 s’ils font ça »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *