« Quand les recrues brésiliennes ne jouaient pas, il n’était pas heureux », Rudi Garcia allume Juninho et règle ses comptes

Advertisements

 

Arrivé sur le banc de l’Olympique lyonnais en 2019, Rudi Garcia a quitté officiellement les Gones au lendemain de la défaite face à Nice, comptant pour la dernière journée de Ligue 1. Deux jours après son départ, le technicien a fait de troublantes révélations sur sa relation avec Juninho, Directeur Sportif du club Rhodanien dans une interview accordée au Journal l’Equipe. L’ancien coach de l’OM s’est surtout lâché et a tout déballé.

Advertisements

« Après deux ou trois victoires en novembre, le directeur sportif ne venait plus me féliciter. J’ai découvert que quand les recrues brésiliennes ne jouaient pas, il n’était pas heureux. Il aurait préféré gagner mais avec ses joueurs. Il s’est beaucoup investi, et c’est une qualité, mais je pense certainement qu’il a dû leur promettre d’être titulaire. On en a discuté, il m’a dit que si c’était à refaire, il ne s’avancerait pas sur ces choses-là. Mais ça aurait freiné l’éclosion de certains jeunes comme Caqueret en particulier. L’avis de Juni était que Jean Lucas était meilleur. Le problème a dû venir de là au départ. Et les choses se sont vite dégradées », explique l’ancien coach de l’OL.

Garcia poursuit : « A la trêve hivernale, je suis allé voir Vincent Ponsot, et je lui ai dit : ‘Qu’est-ce qui se passe ? Que cherche Juni, à prendre le poste ? Ce n’est pas possible de continuer comme ça. Je lui laisse les clés s’il les veut.’ S’il avait fallu démissionner, je l’aurais fait alors que je pense que le club me correspondait totalement. (…) Et quand j’allais le voir en seconde partie de saison, on ne parlait que de composition, de tactique mais pas de projet de club, de recrutement, ou de politique de jeunes. Tout ce qui incombe à un directeur sportif. »

Le technicien passé par Lille et l’OM regrette aussi les décisions prises par le Brésilien dans son dos, comme celle de faire partir Jean Lucas au Brésil deux matchs avant la fin de l’année, mais pas seulement. « Il fait des choses dans mon dos, parle aux joueurs dans mon dos, laisse certains critiquer le coach comme Jean Lucas. Il a manqué d’objectivité et de traitement équitable, lance-t-il. Regardez l’affaire Houssem Aouar : il est suspendu alors que j’avais proposé une forte sanction financière mais pas sportive. Et c’est déjà arrivé que d’autres joueurs aient connu des moments comme ça dans la saison mais on ne les a pas sanctionnés car ils étaient plus proches du directeur sportif… ». La réaction de Juninho est d’ores et déjà attendue.

Publicité
Advertisements

Laisser un commentaire