Affiche pour le site alain
dans

Côte d’Ivoire : La CAN 2015 ou la CAN 2023, la réponse inattendue de Max Alain Gradel

Par

le


 Max Alain Gradel a officiellement pris sa retraite internationale avec les Éléphants de la Côte d’Ivoire. Ayant remporté deux Coupes d’Afrique des nations en 2015 et en 2023, le désormais ancien capitaine de l’équipe a fait son choix.

Max Alain Gradel a tout apporté aux Éléphants de la Côte d’Ivoire. Avec Serge Aurier, l’ancien Stéphanois a remporté deux Coupes d’Afrique des nations et ce n’est pas donné à tous les footballeurs africains.

D’abord en 2015 avec la génération dorée conduite par un certain Yaya Touré. Max Alain Gradel alors jeune, a apporté de la profondeur, de l’insouciance et surtout s’est montré décisif dans des moments difficiles pour les Éléphants d’Hervé Renard. Logiquement, ils gagnent la CAN 2015 contre le Ghana après une séance de tirs au but interminable, qui a vu Barry Copa devenir héros de la Côte d’Ivoire. Forcément, pour plusieurs raisons, le premier titre a toujours été le plus important pour tout footballeur. Mais visiblement, ce n’est pas le cas de Max Alain Gradel.

PSX 20240402 125213

Max Alain Gradel préfère la CAN 2023 à la CAN 2015

Bien que la CAN 2015 soit particulière pour Max Alain Gradel, le néo retraité avec les Éléphants affirme que la CAN 2025 est bien plus spéciale pour lui. La star ivoirienne passée par l’ASSE, Toulouse ou encore Bounemouth l’a affirmé lors d’une interview exclusive accordée à Canal+ Sports Afrique et diffusée lundi soir dans l’émission Talents d’Afrique.

[totalpoll id= »794558″]

« Franchement, non. Je pense que cela va prendre du temps pour réaliser pleinement l’importance de cet exploit. Je me demande encore si c’est vraiment nous qui avons accompli cela. Il est difficile de redescendre en Afrique, en tant que champion d’Afrique, champion d’Afrique à deux reprises. En 2015, la première CAN était spéciale car c’était la première. Mais il faut reconnaître que celle de 2023 était tout aussi spéciale, voire plus, car elle s’est déroulée à domicile, devant notre peuple. Vu les scénarios incroyables qui se sont déroulés, elle reste particulièrement mémorable. », a d’abord lâché Max Alain Gradel.

« Personnellement, cela a été difficile pour moi. C’était un défi d’être sur le banc, surtout lorsque l’équipe rencontrait des difficultés et que je ne pouvais pas intervenir sur le terrain pour aider mes coéquipiers. Mais il est essentiel de rester professionnel, d’être exemplaire et de respecter les choix de l’entraîneur. J’ai accepté cette situation par amour pour mon pays, sachant que je ne partais pas en tant que titulaire. », a-t-il ajouté.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *